Un jaune, un rouge, journée noire pour les Bleus

  • Un jaune, un rouge, journée noire
    Un jaune, un rouge, journée noire Actionplus / Icon Sport / Actionplus / Icon Sport / Actionplus / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Au pays de Galles, le XV de France avait réussi l’exploit de s’imposer, malgré déjà deux cartons jaunes (Aldritt et Haouas). Cette fois-ci, l’indiscipline aura été fatale aux Bleus. à tout dire, c’est assurément le gros point noir de cette rencontre. Un premier carton jaune logique, adressé au flanker François Cros pour un plaquage dangereux, a mis les joueurs du sélectionneur Fabien Galthié en difficulté. Certes, Charles Ollivon et ses partenaires n’ont concédé que trois points durant cette première infériorité numérique. Mais la débauche d’énergie durant ce laps de temps a forcément pesé sur les organismes. Et puis est arrivé le tournant de la rencontre. Sur une échauffourée mêlant de nombreux joueurs, Mohamed Haouas assénait un méchant direct du droit au troisième ligne Jamie Ritchie. Verdict sans appel : carton rouge (37e). Et quand bien même le pilier droit de Montpellier a bel et bien été provoqué par le flanker écossais, il aurait dû être capable de se maîtriser et de ne pas répondre. Las, son tempérament de feu en a décidé autrement. Dommage. à cet instant de la rencontre, l’équipe de France était en tête au tableau d’affichage (6-7) et semblait prendre la mesure de son adversaire après un premier essai magnifique signé de l’ailier Damian Penaud.

Globalement, le XV de France s’est montré bien trop indiscipliné. Au total, les Bleus ont été sanctionnés à onze reprises. Onze pénalités auxquelles il convient d’ajouter les deux coups francs sifflés contre la mêlée tricolore. Alors, certes, le chiffre n’est pas pharaonique mais en entrant dans le détails des chiffres, on s’aperçoit que cette équipe de France avait déjà commis dix fautes lors des cinquante premières minutes de jeu. Pour le coup, c’est beaucoup trop. Surtout, ce sont les fautes grossières qui interpellent. Un exemple ? Ce déblayage de Jean-Baptiste Gros, ce dernier tentant "une prise du sommeil" sur le joueur écossais au sol (55e) alors que le ballon était disponible pour son demi de mêlée. Cette indiscipline chronique est décidémment un fardeau pour le XV de France. Fabien Galthié en convenait après coup au micro de nos confrères de France 2 : "Cinquante-conq minutes en infériorité numérique, c’est dur. Même avec la meilleure des volontés, ce n’est vraiment pas facile." Un bien bel euphémisme pour dire que c’était mission impossible.

Voir les commentaires
Réagir