Une symphonie en rodage

  • Le demi de mêlée perpignanais Sadek Deghmache a montré la voie du succès à ses parternaires. Photo La Dépêche du Midi
    Le demi de mêlée perpignanais Sadek Deghmache a montré la voie du succès à ses parternaires. Photo La Dépêche du Midi MAXPPP / DDM MANUEL MASSIP / MAXPPP
Publié le / Mis à jour le

Les Catalans ont joué avec le feu mais ils ont réussi à conserver leur sang-froid pour signer un troisième succès de rang, le deuxième à l’extérieur. La fin de saison est lancée.

Perpignan ne s’est pas encore affranchi à l’extérieur de son habitude de jouer avec le feu et de se faire peur jusque dans les derniers instants. La différence, et elle est de taille avec le début de saison poussif des Catalans, qui semble désormais lointain, c’est que l’Usap arrive à resserrer les rangs et à se muer en une bête à sang-froid, diablement opportuniste et entièrement concentrée lorsque les débats se jouent sur du travail de précision. "D’une mauvaise entame, très poussive et passive, prise dans l’envie et les impacts", comme le reconnaissait lui-même un Damien Chouly, lucide, Perpignan a relevé la tête et, même en "jouant par à-coups", l’Usap a su recoller au score. Même si, renchérissait Chouly à chaud, "nous sommes satisfaits mais il y a le sentiment d’un devoir pas totalement accompli. Nous avons laissé des points en route." Notamment celui d’un bonus offensif ?

La paire Taumeopeau - Cocagi donne le ton

Qu’importe, malgré des petites scories et de l’indiscipline encore importante, même en ne se montrant pas constante, la prestation d’ensemble fait poser cette question : mal jouer ou plutôt jouer de manière inconstante mais gagner, est-ce la marque d’une grande équipe ? Au soir de la 23e journée et avant une trêve et un repos bien mérité, il est encore trop tôt pour le dire mais certains éléments laissent à penser que l’Usap est en train petit à petit de monter en régime. Sa défense lors des deux dernières minutes fut admirable.

Aussi important, son début de second acte a montré toute sa force de frappe notamment sur le volume de jeu, impressionnant et très juste impulsé par le jeune Sadek Deghmache. Et incarné à merveille par la paire de centres du Pacifique, Taumeopeau-Cocagi. Le centre tonguien, champion de France 2018 avec Castres, a pris la pleine mesure du Pro D2 et se révèle, pour sa deuxième saison avec les Sang et Or, comme le cerveau de cette équipe. Associé au buffle fidjien Adrea Cocagi, cela fait des étincelles.

Leur travail défensif et offensif dans la cuvette de Sapiac fut salué par Gérald Bastide, le patron de la défense, admiratif devant la paire. "Ils sont très complémentaires, Taumeopeau est régulier depuis le début de saison (22 feuilles de matchs, 22 titularisations) et Adrea revient très haut." Toujours utile en vue de la suite.

Enzo DIAZ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir