• Maurice Buzy-Pucheu vice-président de la FFR en charge des amateurs
    Maurice Buzy-Pucheu vice-président de la FFR en charge des amateurs DR / DR
Publié le / Modifié le
Entretiens

Buzy-Pucheu : « Notre priorité est la santé des pratiquants »

CORONAVIRUS - Maurice Buzy-Pucheu, vice-président de la FFR en charge des amateurs est très inquiet pour la suite de la saison et évoque ouvertement la possibilité d’un gel des résultats.

Depuis samedi soir, le pays a basculé au stade 3 du seuil épidémique. On imagine que cela ne fait pas les affaires d’une éventuelle reprise rapide des compétitions amateurs…

Nous avions travaillé longuement, de vendredi à samedi dans la journée, pour établir des axes de travail en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Les annonces de notre Premier ministre Edouard Philippe samedi soir prolongent "l’état critique" et décalent d’autant nos espoirs de reprise. D’ores et déjà, la première hypothèse de travail qui nous laissait espérer un retour à la normale d’ici fin avril semble très compromise. On navigue à vue, c’est la première fois de toute ma carrière que je suis confronté à un pareil problème. La situation évolue d’heure en heure. Après les annonces du ministre, la cellule de crise a choisi d’organiser une nouvelle réunion d’urgence, dimanche, en visioconférence.

Qu’en est-il ressorti ?

Nous voulons faire passer la santé de tous les acteurs du rugby et de nos concitoyens au premier plan. La fermeture du CNR de Marcoussis est un symbole fort. Il faut se rendre à l’évidence : le rugby est au ralenti. Certains salariés seront en télétravail depuis leurs domiciles. Sportivement, bien sûr, nous voulons absolument que les compétitions aillent à leurs termes. Ce sera notre priorité absolue lorsque nous aurons une visibilité sur une date de reprise des activités possibles, même si nous n’avons pas toutes les clés pour y parvenir et que cela ne dépend plus que de nous. Geler les compétitions serait un vrai crève-cœur. Mais nous nous devons d’évoquer cette possibilité. Lorsque l’on voit que des événements majeurs prévus en milieu voire en fin de printemps tels que le Giro (Tour d’Italie cycliste, N.D.L.R) sont d’ores et déjà annulés, on est obligés de se poser les bonnes questions et d’être inquiets.

Que peut-on dire pour rassurer les clubs qui sont soucieux pour leur avenir ?

La Fédération sera là pour eux et nous jouerons pleinement notre rôle d’accompagnement. Aucune décision ne sera prise sans qu’ils aient été consultés et dans tous les cas aucune sanction ne sera appliquée contre les clubs cette saison. Les structures les plus en difficulté verront leurs plans d’épurement adaptés.

Les joueurs amateurs peuvent-ils quand même continuer à s’entraîner en petits groupes

Les entraînements par petits groupes ne sont "pas conseillés" Même si, en théorie, le passage en stade 3 n’empêche pas les joueurs de se réunir par petits groupes inférieurs à dix individus "sous la responsabilité des clubs" pour s’entraîner, la FFR "le déconseille fortement".

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir