• Capitanat : Ollivon, CDD renouvelable
    Capitanat : Ollivon, CDD renouvelable Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
XV de France

Capitanat : Ollivon, CDD renouvelable

Nommé dans un premier temps comme capitaine des Bleus pour ce Tournoi des 6 Nations 2020, alors que peu de candidats se dégageaient face au large renouvellement du groupe, le Toulonnais a su convaincre et s’imposer pour endosser la fonction de façon naturelle en vue des futures échéances.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Fabien Gathié a refusé d’officialiser ce qui est de l’ordre de l’évidence aujourd’hui : Charles Ollivon va rester le capitaine de ce XV de France. Nommé pour ce Tournoi des 6 Nations, sans aucune certitude de le demeurer à l’issue de la compétition, le troisième ligne toulonnais a réussi à convaincre et à s’imposer. Dans le jeu dans un premier temps, puisque l’intéressé a fait plus que montrer l’exemple. Auteur d’un doublé dès sa première rencontre avec ce nouveau statut contre le XV de la Rose, Ollivon avait démarré son mandat de la plus belle des manières. Au total, il aura même inscrit la bagatelle de quatre essais en autant de journées. De quoi légitimer sportivement l’importance que l’ancien Bayonnais a pris chez les Bleus ces derniers mois, et plus particulièrement ces dernières semaines. Mais, dans ce qui concerne le relationnel et son rôle au sein du groupe, Charles Ollivon a également répondu aux attentes. Selon le sélectionneur, le joueur a fait l’unanimité et il le décrit donc comme un patron en devenir. C’était d’ailleurs le choix numéro un de Galthié avant le Tournoi des 6 Nations, alors que les noms de Jefferson Poirot, Antoine Dupont ou Julien Marchand pouvaient être évoqués.

Capitaine en juillet… ou en novembre !

Aujourd’hui, le technicien est donc en passe de confirmer son intuition de départ, née de l’aventure japonaise où il avait pu observer le comportement de chacun en interne. C’était une décision importante, rendue fragile par le fait que peu de candidats présentaient un profil idoine dans l’effectif, dès lors que le staff l’avait largement renouvelé pour laisser les trentenaires à la maison. Ollivon ne comptait ainsi que onze sélections après la Coupe du monde. C’était infime, à l’heure de succéder à Guilhem Guirado. Pourtant, le Toulonnais a naturellement trouvé sa place auprès de ses partenaires, pendant que plusieurs lieutenants se sont aussi révélés autour de lui, et s’est montré juste dans ses interventions publiques. C’est désormais une autre épine enlevée dans le pied de l’encadrement. Il a trouvé son leader et, si la probabilité d’annulation de la tournée de juillet en Argentine venait à être effective, Charles Ollivon - à moins d’une blessure que personne ne lui souhaite - sera de toute façon toujours le capitaine des Bleus en novembre prochain.

Voir les commentaires
Réagir