• Jérôme Daret, coach de l'équipe de France de rugby à 7
    Jérôme Daret, coach de l'équipe de France de rugby à 7 JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport / JF Sanchez / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Rugby à 7

Circuit mondial et JO : France 7 aussi est "face à l'inconnu"

CORONAVIRUS - L'épidémie de coronavirus chamboule tous les calendriers. Celui du XV comme celui du VII. Jérôme Daret, l'entraîneur de l'équipe de France masculine, fait le point sur l'agenda de sa sélection et se projette sur la suite de cette saison olympique.

Ce dimanche, le Centre national du rugby a fermé ses portes pour au moins quinze jours. Les sélections à 7, pensionnaires des installations, se retrouvent donc, comme tous les clubs professionnels, privées de structures d'entraînement.

Ironie de l'histoire, les Bleus avaient justement prévu de rester à la maison ces jours-ci : "Nous sommes rentrés mardi dernier de trois semaines de tournée en Amérique du Nord, explique leur entraîneur Jérôme Daret. Après la période de récupération, nous avions programmé une semaine autonome à compter de ce lundi : c'est-à-dire que les joueurs travaillent leurs conditions physiques, mentales et techniques depuis leur domicile, selon leurs priorités. Il y a quelques créneaux comme ça dans la saison où ils bossent chacun de leur côté." Passée cette semaine, le passage au chômage technique deviendra sans nul doute inéluctable pour ces salariés de la FFR : "Même si nous sommes mis à l'arrêt, il y aura sûrement un suivi à distance. Notre stage à Lyon, prévu fin mars, a d'ores et déjà été décalé. Nous avons des outils collaboratifs qui nous permettent de rester en contact et d'échanger les informations en permanence. Les gars sont responsables et sauront quoi faire. Je les sais consciencieux. Dans tous les cas, il faudra planifier une nouvelle préparation pour la reprise."

"Un report des JO ? Ça chamboulerait tout"

Comme pour l'ensemble des compétitions à XV, l'incertitude plane sur le calendrier des semaines et mois à venir. Dès la mi-février, les deux étapes asiatiques de Hong-Kong et Singapour, programmées en avril, avaient été reportées au mois d'octobre. Le flou vaut aussi pour la suite du circuit mondial avec un prochain rendez-vous prévu à Londres les 23 et 24 mai. Surtout, la question commence à se poser pour les échéances olympiques : le tournoi de repêchage des 20 et 21 juin, celui de la dernière chance pour les deux sélections tricolores, et la grand-messe de Tokyo, un mois plus tard, seront-ils maintenus en l'état ? Devant l'évolution de la situation sanitaire à l'échelle mondiale, la possibilité d'un report des JO, événement attendu depuis quatre ans par tous, est désormais envisagée au sein-même du comité d'organisation. "Nous sommes face à l'inconnu, reprend le technicien. Il n'y a pas d'infos, on est obligé de subir les événements. Ça peut paraître impensable mais il n'y aura peut-être pas d'autre choix que de décaler les jeux Olympiques. C'est sûr que ça pourrait tout chambouler pour nous. Tout le monde est face à une situation extraordinaire, c'est donc dur de se projeter. Surtout que ça évolue très vite." Jérôme Daret n'en perd pas pour autant le sourire : "Vous savez, à 7, tout repose justement sur l'adaptation."

En attendant un retour à l'ordinaire, le staff va chercher à tirer profit de cette parenthèse désenchantée pour établir une synthèse étoffée de sa première partie de saison. Avec une sixième place au classement provisoire des Sevens Series, les Bleus ont grimpé dans la hiérarchie même s'ils sont revenus frustrés de Los Angeles (7e) et Vancouver (10e) : "Personnellement, ça va me donner beaucoup de temps pour analyser les dernières performances. Le bilan de la tournée en Amérique du Nord est mitigé même si l'on n'est pas si loin que ça des tout meilleurs comme le montrent la plupart des indicateurs de performance. Il ne faut pas non plus négliger le fait que nous avions donné du temps de jeu à de jeunes joueurs pour leur permettre de s'aguerrir. C'était important pour donner de la consistance à l'équipe en vue de l'avenir." Reste à savoir quand tout ce petit monde reviendra sur les terrains...

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir