• Le RC lavallois a rebâti ses fondations sur un effectif jeune.
    Le RC lavallois a rebâti ses fondations sur un effectif jeune. Photo David Genouel / Photo David Genouel
Publié le / Modifié le
Amateurs

Halte à Laval

Le RCL était en pleine relance pour son maintien. Avec cinq matchs encore à jouer, c’est l’équipe la plus en retard, dans une poule ligérienne très homogène.

La situation actuelle impacte forcément beaucoup de clubs amateurs dont l’avenir est incertain. Mais il y a des clubs plus touchés que d’autres. Le RC lavallois, en Première-Deuxième Séries des Pays-de-la-Loire, par exemple, avait réussi à se relancer lors de la dernière journée. Une belle victoire, bonifiée qui plus est, contre la lanterne rouge de Ségré-en-Anjou (26-3) a permis de se décoller des bas-fonds du classement et croire à nouveau au maintien. Seulement voilà, un report en entraînant un autre, le club de Mayenne n’a plus joué depuis ce 2 février qui sera peut-être son dernier jour de match avant un moment. "C’est dommage parce que nous avions stoppé une très mauvaise série (de cinq défaites, N.D.L.R.), regrette le coprésident Elbert Steyn. Les trois matchs à venir étaient d’ailleurs un moment charnière lors duquel la saison allait se décider."

En jeu, un maintien difficile à acquérir dans une poule très disputée dans laquelle cinq équipes (dont Laval) se tiennent en deux points. Mais le dirigeant, qui opère également dans le staff aux côtés de Arnaud Gourbal et Jérémi Bazillier, est lucide sur ce point : "On nous avait fait comprendre qu’il était compromis de rattraper les deux matchs de retard, le deuxième n’était d’ailleurs pas encore programmé. Alors, avec tous ces reports, ce sera impossible."

En période d’examens, on n’aura pas d’équipe

Si on peut considérer que le club a soufflé le chaud et le froid tout au long de la saison, on peut lui reconnaître une belle adversité dans les grands matchs. C’est d’ailleurs la fierté du natif du Kenya, au sein du RC lavallois depuis 1989 : "Certes, perdre à la maison contre le dernier nous met dedans et perdre à Ancenis aussi. Mais ces deux confrontations contre Pontlieue (leader de la poule) sont très positives. Un vrai groupe de joueurs commence à se former, quelque chose se crée cette année."

Promus l’été dernier, les Lavallois verraient d’un mauvais œil une descente forcée, qu’elle soit à cause de la crise sanitaire actuelle (mathématiquement ils sont en ballottage défavorable) ou à cause d’un report de matchs trop tardif. Le groupe se compose de beaucoup d’étudiants et "si c’est remis en période d’examens ou de vacances, nous n’aurons pas d’équipe", craint Steyn, l’ancien pilier qui a tout connu à Laval, de la Fédérale à la Quatrième Série. Celui-ci reste d’ailleurs optimiste. Si le groupe s’est plutôt bien comporté cette saison, il devrait pouvoir le faire de nouveau : "Il y a deux ans et demi, quand j’ai pris la présidence, nous n’étions même pas sûrs de lancer une équipe seniors. Nous venons de loin, il ne faut pas non plus aller trop vite." Toute cette jeunesse a du temps devant elle.

Voir les commentaires
Réagir