• Angleterre : on baisse les salaires
    Angleterre : on baisse les salaires Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Premiership

Angleterre : on baisse les salaires

Cinq clubs de Premiership ont décidé de trancher dans le vif. Sans mesures drastiques, ils ont peur d’être mis en faillite.

Samedi, on a appris que cinq clubs de première division avaient décidé de baisser les salaires de leurs employés, joueurs et cadres, de 25 %. Il s’agit de Gloucester, des Wasps, des Saracens, de Bristol et de Worcester. "Notre masse salariale se monte à 1 million de livres par mois (1,1 million d’euros, N.D.L.R). Il fallait prendre des décisions drastiques. Le championnat est suspendu pour cinq semaines mais l’interruption pourrait très bien durer six mois, qui sait ? Pendant ce temps, nous n’aurons aucun revenu, a expliqué Lance Bradley, directeur exécutif de Gloucester. J’ai été impressionné par l’attitude des joueurs qui étaient choqués mais qui ont tous compris que la situation était grave. Y compris ceux qui doivent nous quitter en fin de saison." On sait aussi que les autres clubs du Premiership sont en discussion avec leurs salariés pour parvenir au même but. "Nos joueurs sont en vacances mais ils se maintiennent en forme. Je ne peux rien affirmer mais mon ressenti, c’est que la saison doit repartir le plus vite possible, y compris avec une ou deux journées à huis clos. Après, on ira fatalement vers un assouplissement", renchérit Lance Bradley.

La finale à Twickenham annulée ?

On le voit, la crise du coronavirus commence à sérieusement inquiéter le rugby anglais, comme en France évidemment, mais peut-être un peu plus car en Grande-Bretagne, jusqu’à présent, aucune mesure de chômage partiel n’a été envisagée. Cette mesure n’existe pas dans le droit du travail anglais, ce qui fait une vraie différence. Les clubs professionnels ont très peur de ne pas avoir les reins assez solides pour surmonter ce passage désastreux. En Angleterre, on prononce déjà à mi-voix un mot : "bankrupt" (faillite en français). Pour l’instant, le championnat est suspendu pour cinq semaines (ce qui nous amènera au 26 avril) et il reste neuf journées de saison régulière à jouer, plus deux de phases finales. Comme en France, les idées fusent. Certains ont même pensé à l’arrêt du championnat avec un titre attribué au premier, Exeter. Ce qui annulerait la juteuse finale de Twickenham, prévue le 20 juin.

La D2 arrêtée

Par ailleurs, la RFU a annoncé la fin de tous les championnats d’Angleterre, en dessous de la première division. Ce qui voudrait dire, a priori, que le club de Newcastle, leader de la deuxième division (Championship), avec dix-huit points d’avance (quinze victoires en quinze rencontres), sera désigné officiellement premier et donc sûr de monter. Les phases finales d’accession ont été supprimées en 2017.

Voir les commentaires
Réagir