• Nicolas Merle et son fils, Jean-Baptiste, réunis en visioconférence pour préparer les prochains quiz et défis.
    Nicolas Merle et son fils, Jean-Baptiste, réunis en visioconférence pour préparer les prochains quiz et défis. DR / DR
Publié le / Modifié le
Coronavirus - Covid 19

Coronavirus : Meyzieu garde contact

CORONAVIRUS - Depuis lundi dernier, sous l’impulsion de son directeur sportif, Nicolas Merle, l’US Meyzieu met à disposition sur les réseaux sociaux des quiz, des jeux, des défis et des vidéos pour permettre de garder le contact avec ses licenciés et de continuer à assouvir sa passion pour le rugby.

L’US Meyzieu a dégainé le premier. Dès 12 h 26, lundi 16 mars, sur un célèbre réseau social, le club n’a pas tardé à offrir à ses licenciés la possibilité de garder le lien avec le rugby et à trouver des occupations pour les longues journées de confinement. Une heure plus tard, un quiz permettait de découvrir l’histoire du club, de sa création dans les années 1970 (on ne peut tout de même pas vous donner la réponse), aux questions sur le nombre de finales de championnat de France disputée par les équipes du club, ou encore sur l’un des glorieux anciens formés aux Servizières jusqu’en cadets, avant de partir au Stade Toulousain. Indice supplémentaire : le talent de son fils s’exprime aussi dans ce club, et en équipe de France. En milieu de semaine, trois cent cinquante personnes avaient répondu à ce questionnaire. Pas mal pour un club comptant de moins de trois cents licenciés…

Depuis, tous les jours, des quiz, des défis vidéos balle en main, des exercices de préparation ou d’entretien physique, des vidéos d’archives sont mises en ligne par le directeur sportif, Nicolas Merle.

Meyzieu garde contact
Meyzieu garde contact - Facebook de l'US Meyzieu

"Il y a deux ou trois ans, les joueurs de l’école de rugby avaient reçu un ballon en fin d’année et nous avions lancé un défi par semaine pendant l’été, rappelle-t-il. Par ailleurs, je suis consultant formateur, j’ai donc une activité réduite à zéro. Cela a été l’occasion pour moi de réfléchir à la manière de garder le lien. J’y ai pensé dès le samedi (N.D.L.R. : le 14 mars). J’ai mobilisé différentes personnes autour de moi."

Pour créer le contenu, il peut compter sur son fils, Jean-Baptiste, l’arrière et buteur de l’équipe fanion, en Fédérale 2, les deux services civiques du club, Hugo Corbet et Victor Herbelot. Deux enseignants, Mathieu Lacombe et Sophie Pigeyre réalisent les quiz et les questionnaires. Les idées ne manquent pas. Les prochains pourraient porter sur les surnoms aux clubs, sur un trombinoscope visant à reconnaître les différents intervenants.

Effet boule de neige

L’initiative n’est en tout cas pas passée inaperçue. En début de semaine dernière, Didier Retière a passé un coup de fil à Nicolas Merle. Et d’autres clubs ont embrayé ensuite. Par exemple, le SO Chambéry a publié un premier quiz jeudi dernier, avant d’enchaîner par un coloriage du blason du club, forme privilégiée par beaucoup pour occuper les jeunes enfants des écoles de rugby obligés de rester confiner.

Du point de vue institutionnel, l’idée est donc vue avec bienveillance. "Il se pose la question de comment faire du rugby à la maison et toutes les initiatives sont bonnes à prendre, rappelle le directeur technique de la Ligue Aura, Jérôme Gardon. Beaucoup de gens ont aussi d’autres choses à faire en ce moment évidemment. Mais cela peut être l’occasion d’inventer d’autres modes de fonctionnement et de sociabilité à l’intérieur et entre les clubs."

Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir