Quel avenir pour les joueurs en fin de contrat ?

  • Ben TAMEIFUNA
    Ben TAMEIFUNA Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les contrats de nombreux joueurs se terminent au 30 juin prochain et c'est souvent l'occasion d'une vraie valse inter-clubs. Cependant, cette année le marché risque d'être bouleversé pour les raisons que nous connaissons tous. Des joueurs vont rebondir à coup sûr, d'autres prendront peut-être leur retraite alors que pour certains, l'avenir est encore flou...

Ces cas confirmés qui devraient rebondir

Pour une minorité de joueurs encore officiellement libres sur le marché, l’avenir paraît relativement clair. Autant que la situation puisse le permettre, en tout cas. Si rien n’a encore été acté, la probable destination d’une poignée d’entre eux est identifiée. Le Rochelais Thomas Jolmes (Toulon), le Toulousain Théo Belan (Aix), le Montpelliérain Kevin Kornath (Castres), le Toulonnais Stéphane Onambele (Castres) ou encore le Springbok du MHR François Steyn (Cheetahs), à titres d’exemple, ont déjà trouvé leur bonheur. Rémy Grosso, en est proche : le Clermontois est en partance pour Lyon mais l’affaire n’est pas signée. Toujours à l’ASMCA, Greig Laidlaw aurait récemment pris sa décision : après sa volte-face perpignanaise, l’ancien 9 de l’Ecosse s’est engagé avec un club au Japon.

Pour d’autres futurs "migrants", les dossiers sont plus ou moins avancés. Rien n’est encore finalisé mais des contacts sont en cours et le pedigree des joueurs laisse à penser qu’ils trouveront un point de chute, tôt ou tard : on pense à Gillian Galan, en discussions avec le Lou et Montauban, à Isaia Toeava, approché par Toulouse, Pau et l’Usap, à Vasil Kakovin, dans le viseur du MHR, ou encore à Ben Tameifuna, un des animateurs du marché, toujours en pourparlers avec le Racing 92 mais plutôt partant, les candidats pour l’accueillir ne manquant pas… Toujours en première ligne, le Rochelais Mike Corbel aussi a des touches pour rebondir dans l’élite. Mike Tadjer, Emmanuel Saubusse ou Pierre Pages sont suivis en Pro D2 et devraient de leur côté descendre d’un échelon.

Parmi les stars sur le départ, Julian Savea est attendu à l’étranger, probablement dans l’hémisphère Sud. Le RCT a en tout cas tiré un trait sur la présence du Néo-Zélandais de 29 ans. Les internationaux fidjiens Ben Volavola et Kini Murimurivalu sont eux aussi encore sans club, aux dernières nouvelles. Quid du Palois Ben Smith ? À 33 ans et vu ses actuelles performances, il lui reste de beaux jours. Selon les dernières informations, l’ancien All Black va s’exiler au Japon où un lucratif contrat l’attend.

Pour eux, la retraite est arrivée... ou les guette

Largement passée la trentaine, la question de la fin de carrière se pose inévitablement pour les éléments arrivant en fin de contrat. Pour les Castrais Rodrigo Capo Ortega (40 ans) ou Christophe Samson (36 ans), l’heure de raccrocher les crampons est arrivée. Les deux deuxième ligne l’ont d’ores et déjà anticipé et ont tiré leur révérence.

Quels vétérans pourraient les imiter en fin de saison ? Parmi les historiques, on pense à Aretz Iguiniz (36 ans), Pieter Van Lill (36 ans), Jody Jenneker (36 ans), Jone Qovu (34 ans) ou Rudi Wulf (36 ans). Au même âge, Liam Messam, non conservé par Toulon, pourrait se lancer un ultime défi ailleurs. Parmi les trentenaires de renommée, nombreux sont ceux ayant encore envie de jouer : Mamuka Gorgodze (35 ans), Julien Caminati (34 ans), Dominiko Waqaniburotu (33 ans), Julien Ledevedec (33 ans), Alex Tulou (33 ans) ou encore Marc Andreu (34 ans). Le contexte économique ne plaide toutefois pas en leur faveur. Nick Abendanon (33 ans), dans le viseur des Irish, doit se positionner rapidement. L’heure des choix approche, plus ou moins voulus.

Le Palois Colin Slade va-t-il opter pour un départ en retraite ? C’est une hypothèse même s’il n’est pas tant question d’âge à son sujet : à 32 ans, l’ouvreur néo-zélandais enchaîne les commotions et sa santé pourrait l’inciter à la prudence. La question de la retraite se pose aussi déjà pour Maxime Mermoz (33 ans), sevré de temps de jeu (une seule minute cette saison).

Des prolongations en suspens ou en ballottage

L’interruption des championnats a mis quelques dossiers en suspens parmi les joueurs en fin de contrat. Le Wallaby Tolu Latu devait ainsi prolonger son bail avec le Stade français avant que tout ne soit suspendu. La signature de son nouvel engagement est sans doute juste décalée. À Toulon, les dirigeants avaient fait part de leur volonté de conserver Sergio Parisse et Ramiro Moyano. Les deux joueurs ont convaincu et leur présence répond à un besoin dans l’effectif. Mais il faut encore concrétiser tout ça. à La Rochelle, on espère finaliser le dossier Paul Boudehent mais le troisième ligne espoir est courtisé sur le marché (Montpellier, Lyon). Le feuilleton va se poursuivre. Au Racing 92, Antonie Claassen cherche à obtenir une ultime rallonge. A voir selon le dossier Itoje. Du côté de Brive, les dirigeants travaillent à la prolongation de Dan Malafosse mais le deuxième ligne a des touches en Top 14. À Agen, le dossier Jessy Jegerlehner est encore ouvert. À Pau, Giovanni Habel-Kueffner devrait prochainement signer un nouveau bail. Si, pour la plupart de ces joueurs, l’avenir paraît plutôt assuré, un peu de patience est requise pour le moment. Et pour certains, il faudra se faire une raison, sur le plan financier : parmi les dernières propositions, certaines ont été revues à la baisse…

Des dizaines de joueurs face à la peur du vide

Avant l’interruption des championnats, leur situation paraissait déjà problématique. Depuis, elle est devenue inquiétante. Pour une poignée d’éléments encore dans la force de l’âge, l’avenir paraît flou voire compromis.

On retrouve quelques internationaux dans le lot, à commencer par Benjamin Fall, Hugo Bonneval, Alexis Palisson ou encore Konstantine Mikautadze. Tous ces joueurs, en quête de relance après une saison à jouer les intermittents, voient leurs plans sérieusement contrariés par la nouvelle donne économique. Aux dernières nouvelles, aucun n’avait trouvé de point de chute. Dans le meilleur des cas, ils devront sans nul doute se montrer patients et consentir un gros effort financier pour retrouver un contrat. D’autres, au CV moins ronflant, sont aussi dans l’expectative : parmi les cas emblématiques, on trouve ainsi Guillaume Namy, sur le départ de Brive après plus de dix ans et près de deux cents matchs avec le CABCL. Selon les dernières informations, le promu corrézien compte d’ailleurs une dizaine d’éléments en fin de contrat (Cerqueira, Dunbar, Romanet…)

La liste est non exhaustive : parmi la bonne vingtaine de joueurs dans cette situation, Geoffrey Moïse, Clément Daguin, Robert Ebersohn ou encore Adam Jaulhac sont notamment dans l’attente de savoir où s’écrira leur futur. Pour la majorité, la visibilité n’a sûrement jamais paru si réduite.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir