Quatre prétendants à la montée en Pro D2

  • Fédérale 1 - Benoît Sicart (Albi) face à Mauléon
    Fédérale 1 - Benoît Sicart (Albi) face à Mauléon La Dépêche du Midi / Anne-Claire Courchinoux / La Dépêche du Midi
Publié le / Mis à jour le

Pour l’élite amateurs, les deux places de promu en Pro D2 donnent lieu à pas mal de discussions et supputations. Pour le moment, quatre clubs - Albi, Bourg-en-Bresse, Massy et Narbonne - se sont déclarés candidats à une montée qui ne pourrait se faire que sur tapis vert. Ou pas !

Ce n’est pas le dossier le plus simple pour la FFR en cette fin de saison et le bureau fédéral qui se réunit ce vendredi ne devrait pas trancher de manière définitive. L’équation à résoudre est celle-ci : qui sera promu en Pro D2 sachant que la saison s’est arrêtée au 15 mars ? Réglementairement, cela aurait dû être les deux finalistes. Mais sans phase finale, comment faire ? La Fédération ne peut pas, comme dans toutes les autres divisions, promouvoir les premiers de poules car la Fédérale 1 en compte quatre et il n’y a que deux places de disponibles ! Que faire ? Prendre en compte le classement national ? Albi et Massy, qui trustent les deux premières places, ambitionnent justement de retrouver au plus vite le secteur professionnel mais du côté de Bourg-en-Bresse (premier de poule) et de Narbonne (deuxième), on estime que les deux premiers cités étaient dans des poules plus abordables, sur le papier.

Quid d’une montée annulée en Pro D2 ?

Ces derniers jours, on insistait alors pour que soit pris en compte, non pas le critère sportif mais celui économique. En effet, les prétendants au Pro D2 doivent, depuis deux ans, satisfaire à un cahier des charges rigoureux mis en place par la FFR, obtenir l’aval de la DNACG professionnel mais aussi de la LNR. Il faut se rappeler qu’en 2015, Lille, vice-champion de France, s’était vu refuser l’entrée dans le monde professionnel par le gendarme financier. Une décision justifiée en raison d’un déficit chronique annoncé de 800 000 € mais qui était estimé à plusieurs millions d’euros.

Si aucun de ses quatre clubs ne semblent concernés par de telles situations financières, elles seraient fragiles pour au moins deux d’entres eux. De plus, avant de savoir quels clubs monteront en Pro D2, il faut connaître les principes de montée et de descente - justement - des deux divisions professionnelles. Or mercredi soir, les présidents de Top 14 et Pro D2 ont voté, au cours d’une réunion téléphonique, le principe d’un statu quo pour le deuxième étage professionnel. En clair, repartir avec les mêmes équipes que cette année et donc sans promus de Fédérale 1…

Voir les commentaires
Réagir
Les commentaires (2)
Kaloune Il y a 5 mois Le 12/04/2020 à 20:37

En somme une saison blanche.... pas de montée pas de descente, on prend les mêmes et on recommence....

Cela me parait correct... d'autant plus qu'on ne connait pas encore le nombre de "décès financiers" chez les Pros.....

TM1348 Il y a 5 mois Le 08/04/2020 à 19:39

Lesquels ont le soutien économique le plus fiable...bas les masques !! si j'ose dire