Tempête au Sud

  • Sevu Reece (Crusaders) durant la finale du Super Rugby 2019
    Sevu Reece (Crusaders) durant la finale du Super Rugby 2019 Dave Lintott / Icon Sport / Dave Lintott / Icon Sport / Dave Lintott / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

La Fédération australienne cherche des solutions pour ne pas déposer le bilan.  son image, le sud souffre de la comparaison avec le nord...

Le choc de la crise du Covid-19 a frappé la Fédération australienne de plein fouet : Raelene Castle, sa directrice executive a annoncé aux 140 employés que 75 % d’entre eux étaient mis en "chômage technique" à partir du 1er avril jusqu’au 30 juin afin de réduire les dépenses, alors que le sport est à l’arrêt pour une durée indéterminée. Castle a également annoncé que son salaire serait réduit de 50 % et que les principaux cadres de Rugby Australia verraient une réduction de 30 % de leurs émoluments (le nouvel entraîneur Dave Rennie n’est pas concerné : son contrat ne démarre qu’en juillet). Dans la foulée, les quatre franchises du Super Rugby ont pris des mesures similaires. Les discussions avec RUPA, le syndicat des joueurs professionnels, ont débuté mardi dans un climat de défiance.

Où trouver de l’argent ?

L’Assemblée générale de la fédération s’est tenue lundi. Raelene Castle a annoncé une perte nette de 9,4 millions de dollars (5,65 millions d’€), principalement due au manque à gagner habituel lors des années de Coupe du monde (absence de tournée en juin) et le paiement de l’accord conclu dans l’affaire Israel Folau pour 4 millions de $ (2,4millions d’€). Une situation financière qui a causé de profonds remous, RUPA accuse la Fédé de garder les 192 joueurs professionnels dans l’inconnu…

La situation du rugby australien est catastrophique. Contrairement aux autres sports collectifs australiens, "RA" n’a pratiquement pas de réserves. Castle étudie un certain nombre de pistes : une subvention ou un prêt du gouvernement australien, un soutien financier de la part de World Rugby ou un prêt bancaire, comme l’a fait le Football Australien (600 000 $ pour sauver 16 clubs). L’option est peu crédible vu la situation financière de "RA", en l’absence de contrat de diffusion après le 31 décembre. En plus des coupes sombres dans les effectifs, les économies proviendront des frais (voyages, matchs) ainsi que de la réduction des programmes de développement.

Quel avenir pour le rugby australien ?

Rugby Australia prépare l’après Covid-19. Les tests de juillet contre Fidji et l’Irlande sont compromis, même s’ils ne sont pas encore officiellement annulés. Pour Raelene Castle, le rugby doit se remettre en marche au deuxième semestre, avec un Super Rugby remanié (moins de déplacements) ou une compétition locale a définir (NRC ou autre). Elle n’a pas fait référence à la tournée de novembre (test contre la France), ni même au Rugby Championship. En cas d’arrêt prolongé, les pertes de "RA" s’élèveront à 20 millions de $. La directrice a juste confirmé que les équipes nationales (Wallabies, Wallaroos, Australie à 7, hommes et femmes) sont "intouchables". En revanche, le futur du Super Rugby est en balance : un retour à 3 franchises n’est pas exclu. Le dialogue a repris avec Fox Sports pour la diffusion de la compétition. Restent les négociations avec le syndicat des joueurs. Des réductions sont à prévoir mais il sera difficile de faire accepter une baisse de 30 % comme pour les cadres de "RA". Enfin, il se pourrait que le dialogue soit renoué avec le milliardaire Andrew Forrest, soutien financier du futur "Fast-Rugby", pour investir dans le rugby australien.

J. B. (correspondant en Australie)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir