Newcastle officiellement promu

  • Toby Flood (Newcastle)
    Toby Flood (Newcastle) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Falcons joueront dans l’élite à la place des Saracens la saison prochaine, même si l’accession n’était pas certaine sur le plan mathématique.

C’est la première décision tangible pour l’avenir du championnat anglais à ce jour suspendu jusqu’à nouvel ordre. La RFU a annoncé officiellement, en fin de semaine dernière, le retour de Newcastle dans l’élite. Les Falcons, premiers de la deuxième division (Championship) remplaceront les Saracens relégués administrativement. Cette information met fin à une polémique naissante car, mathématiquement, Newcastle n’était pas assuré de terminer en tête du classement de D2. Après quinze journées sur vingt-deux, les "Geordies" avaient dix-huit points d’avance sur le second, Ealing Trailfinders, qui comptait un match en moins (il n’y a pas de phase finale dans cette compétition). Même si Newcastle avait gagné toutes ses rencontres, il restait un doute. On se souvient que Ealing avait émis l’idée de contester en justice la première place et l’accession de leurs rivaux, ce qui avait été interprété comme une idée assez peu élégante, et "franchement désagréable", comme l’avait commenté Dean Richards, le manager des Falcons.

"Aucun sens à célébrer cet événement"

Mais l’équité a donc prévalu et la Fédération anglaise (RFU) est venue au secours de Newcastle, club historique, champion en 1998, formateur de wagons d’internationaux, et relégué en 2019. Le club a par ailleurs été obligé de mettre son personnel en congé sans solde à cause la crise combinée à l’incertitude sur sa montée. On peut ainsi supposer que la décision va permettre à ses dirigeants de relancer la machine. "Il n’y aurait aucun sens à célébrer cet événement. Nous préférons penser aux gens qui souffrent actuellement et nous allons faire de notre mieux pour suivre notre route", a toutefois expliqué Semore Kurdi, le propriétaire du club. Peter Wheeler, président de la RFU, a de son côté ajouté : "Ce fut une décision difficile à prendre dans ce contexte sans précédent. Nous pensons qu’elle préserve l’équité et l’intégrité de la compétition." Au-delà, on peut remarquer que Newcastle a aussi la chance que la relégation administrative des Saracens ne fasse aucun doute. En effet, que ce serait-il passé si deux ou trois clubs d’élite étaient à la lutte pour le maintien ?

Voir les commentaires
Réagir