Laporte : « Je dis oui à une Coupe du monde des clubs »

  • Bernard Laporte (président de la FFR) et Bill Beaumont (président de World Rugby)
    Bernard Laporte (président de la FFR) et Bill Beaumont (président de World Rugby) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Président de la fédération française de rugby dans l’entretien qu’il nous a accordé, Bernard Laporte révèle le projet de nouvelle compétition qu’il va présenter aux fédérations internationales avec Bill Beaumont le président de World Rugby.

Le rugby français et le rugby mondial sont largement impactés par la pandémie du Covid-19. Est-ce une source d’inquiétude pour vous ?

Oui, mais je dois être dans l’action. C’est pour cela que très vite, pour rassurer l’ensemble des clubs, j’ai demandé à mes équipes de trouver les finances pour un plan de relance et d’aide. La fédération va débloquer 35 millions d’euros en faveur du monde amateur. Quinze jours plus tard, on se rend compte que cette crise rattrape le rugby mondial, avec l’annonce de la cessation de paiements de USA Rugby, où celle des difficultés financières de grandes fédérations historiques (on parle notamment de l’Australie qui a annoncé un déficit de 9 millions de dollars australiens pour 2019, et de 20 millions pour 2020).

Quelle place doit occuper World Rugby dans la gestion de la crise ?

Elle est centrale. L’un des premières missions de World Rugby, c’est de venir en aide aux fédérations. Or, la situation actuelle fait que des petites fédérations mais aussi certaines dites « historiques » se retrouvent en grandes difficultés. L’annonce du prêt de 200 millions de livres sterling contracté par Bill Beaumont (président de World Rugby) pour aider ceux qui sont dans le besoin va dans le bon sens. Personne n’est à l’abri. Si le scénario catastrophe avec un blocage de la saison internationale se confirme pour cet été et qu’il dure jusqu’en novembre, c’est tout l’échiquier du rugby international qui pourrait vaciller.

Que faire ?

Face aux menaces qui planent aujourd’hui, nous devons faire bouger les lignes, multiplier les aides et imaginer ce que sera le rugby de demain. C’est pour cela que, depuis plusieurs semaines, je travaille avec Bill Beaumont à la restructuration du calendrier international afin d’homogénéiser les fenêtres réservées aux équipes nationales. Et, de fait, créer une nouvelle fenêtre dédiée aux clubs, qui permettrait la création d’une nouvelle compétition internationale : la Coupe du monde des clubs. Ce sera inscrit dans notre manifeste qui sera transmis cette semaine à l’ensemble des fédérations.

Paul Goze, le président de la LNR, a récemment évoqué le sujet…

(Il coupe) On l’a encore vu lors de la dernière édition au Japon : malgré les difficultés liées aux aléas climatiques, la Coupe du monde de rugby fut un immense succès. C’est la seule compétition de rugby au monde capable de générer de tels bénéfices. World Rugby doit donc créer une Coupe du monde des clubs professionnels qui auraient lieu tous les ans, hors des fenêtres « Rugby World Cup » traditionnelles. C’est l’une des propositions majeures que nous allons porter avec Bill, nous allons la défendre devant toutes les fédérations en vue des élections de World Rugby, le 13 mai prochain.

Même si elle ne se déroule qu’en Europe, la Champions League n’est rien d’autre qu’une Coupe du monde des clubs qui n’en porte pas le nom

Quel format imaginez-vous ?

Tout est évidemment à discuter mais je crois que l’on peut prendre comme base de travail ce qui existe actuellement au niveau de la Coupe du monde. 20 équipes réparties en quatre poules de 5 et une phase finale avec quarts, demies, finale. Le tout condensé en six semaines. On peut évidemment faire moins, pour commencer et s’adapter à la complexité du calendrier actuel. Mais je crois que ce serait une erreur de ne pas voir grand. Il faut être ambitieux.

Dans l’idéal, quelles seraient les équipes susceptibles de participer ?

Seront-elles invitées ou qualifiées grâce à leurs performances dans leurs championnats respectifs ? Chacun devra gagner sa place. J’imagine bien voir qualifiés les demi-finalistes du Top 14, ceux du championnat anglais, les six premiers du Super Rugby, les quatre premiers de la Ligue Celte, le champion du Japon et celui des États-Unis par exemple. Encore une fois, ce n’est qu’une proposition mais je suis certain d’une chose : il faut créer cette compétition et très rapidement. Cela pourrait être une bouffée d’air frais pour l’ensemble du rugby mondial.

En avez-vous parlé avec les autres fédérations ?

Oui, j’ai discuté de cette éventualité avec le directeur général de la RFU, Bill Sweeney. Mais aussi avec des présidents de Top 14. Tous sont emballés par un tel projet.

Le but de ma démarche c’est de trouver les revenus qui permettront aux fédérations de financer à la fois le monde pro mais aussi amateur

N’avez-vous pas peur de la réaction de la LNR, qui risque de trouver, à juste titre, que c’est une ingérence dans ses prérogatives ? Sachant en plus que Paul Goze, on y revient, a déclaré récemment qu’il travaillait sur le sujet.

Mais la Ligue gère le Top 14 et le Pro D2 et elle continuera à le faire. En l’occurrence, il s’agit d’une compétition internationale et c’est donc normal que cela soit World Rugby qui soit aux manettes. Et puis, je suis certain que cela générera suffisamment de rentrées d’argent pour que le monde professionnel y trouve son compte. Il ne faut pas se leurrer, notre championnat français repose sur la volonté de cinq milliardaires. S’ils s’en vont, l’économie du Top 14 peut s’écrouler. Il faut arrêter d’attendre les subsides de nos partenaires. Ils continueront, mais eux aussi vont se retrouver fragilisés.

On vous sent déterminé…

Je le suis, clairement. Je le répète, cette crise doit nous pousser à être innovant. Faisons cette nouvelle compétition, je suis persuadé que le public, les partenaires et les télévisions suivront.

On a donc choisi, après avoir consulté l’ensemble des clubs, de faire monter chaque premier de poule et de ne faire descendre personne sauf les équipes qui le souhaitent

Quid de la Coupe d’Europe ?

Elle serait amenée à disparaître, c’est certain, si l’on veut ne pas surcharger un peu plus le calendrier. Cette compétition européenne est magnifique, avec le RCT j’ai pu soulever par trois fois le trophée et je sais ce qu’elle peut représenter… Mais soyons francs : elle ne génère pas assez revenus. Si l’on veut développer cette Coupe du monde des clubs, il faut trouver des dates. Sans la Champions Cup, c’est neuf week-ends qui se libèrent.

La supprimer, vraiment ? On voit mal le football stopper la Champions League, par exemple…

Même si elle ne se déroule qu’en Europe, la Champions League n’est rien d’autre qu’une Coupe du monde des clubs qui n’en porte pas le nom. Les meilleurs joueurs du monde s’affrontent. Nous ne sommes pas comparables avec le football. C’est un sport universel quand nous ne sommes que des « régionalistes ». C’est pour cela que nos meilleurs clubs doivent affronter les Celtes et Anglais mais aussi les Sud-Africains, Argentins, Japonais, Australiens, Néo-Zélandais. C’est à ce prix que nous développerons le rugby au plan international. Croyez-moi, il y aura un engouement terrible.

Mais pourquoi ressortir ce projet maintenant ?

Cela fait quatre mois qu’avec Bill Beaumont nous travaillons à l’élaboration d’une nouvelle compétition. L’idée est venue en faisant le bilan de la Coupe du monde au Japon. Parce que justement la situation est exceptionnelle, elle doit nous pousser à prendre des décisions exceptionnelles. Je le répète, le but de ma démarche c’est de trouver les revenus qui permettront aux fédérations de financer à la fois le monde pro mais aussi amateur. Faisons de l’épreuve que nous traversons une chance.

Autre sujet : ce vendredi, le bureau fédéral de la FFR a décidé d’élargir l’élite amateur et les trois divisions fédérales. Pourquoi ?

La saison n’a pas pu aller à son terme. On a donc choisi, après avoir consulté l’ensemble des clubs, de faire monter chaque premier de poule et de ne faire descendre personne sauf les équipes qui le souhaitent. On a gardé le principe de poule de 12 équipes, comme le voulaient les clubs.

Vous maintenez le principe de deux montées en Pro D2 alors que la LNR vous a demandé de figer les promotions ?

Oui, j’ai pris acte du courrier de son président, Paul Goze. Nous allons discuter prochainement avec lui, mais aussi les clubs de Pro D2. Voir ce qu’il est possible de faire et trouver des solutions. Il nous paraît important de maintenir cette promotion.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir