Metz : « Valoriser des déchets qui ne l’étaient pas »

  • Metz : « Valoriser des déchets qui ne l’étaient pas »
    Metz : « Valoriser des déchets qui ne l’étaient pas » Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Fabrice Metz, deuxième ligne de Pau, est aussi un chef d’entreprise quand il n’est pas sur le terrain. Passionné par le bois après une formation d’ébéniste, il a misé sur ce matériau et proposer une nouvelle filière de valorisation.

Pouvez-vous nous expliquer comment vous êtes devenu chez d’entreprise dans le bois énergie ?

J’ai effectivement une double casquette avec une entreprise de bois énergie. J’ai toujours été en forêt avec mes frères et mes parents pour faire le bois de chauffage de la maison. Mes premiers pas ont eu lieu en forêt, dans vingt centimètres de neige en Alsace pendant que mon père faisait le bois de chauffage. J’ai toujours été en forêt. Depuis presque vingt ans, on s’est déclaré comme micro-entrepreneur pour vendre du bois de chauffage, de la bûche aux particuliers. Je suis ensuite parti au centre de formation du Racing. Pendant un an et demi, je n’ai pas beaucoup joué même si j’étais sur les feuilles de matchs. La situation me rongeait jusqu’au jour où je suis tombé sur une étude de marché qui laissait entrevoir que la plaquette forestière et la bio masse en général allaient être un marché porteur dans les prochaines années. J’ai fait des études de menuisier ébéniste car j’ai toujours été passionné par le bois et ça m’a donné l’idée de me lancer là-dedans. J’ai proposé l’idée à mon frère Olivier, s’il voulait que l’on s’associe pour pouvoir investir dans une machine pour pouvoir faire de la plaquette forestière. On a fait évoluer notre microentreprise en SAS et trouvé une machine d’occasion. Pendant que l’on faisait toutes ces démarches, j’avais été prêté à Oyonnax et j’ai eu un accident sur une mêlée. Je suis sorti sur une civière et ça m’a renforcé dans l’envie de maîtriser mon avenir. Le rugby peut s’arrêter du jour au lendemain donc il faut savoir quoi faire de ses dix doigts. On a donc investi 400 000 euros pour acheter une déchiqueteuse à bois pour faire de la prestation de service et ainsi créer de la plaquette forestière. Ça fait quatre ans maintenant.

Expliquez-vous ce qu’est exactement la plaquette forestière ?

La plaquette forestière, ce sont tous les déchets forestiers qui n’étaient jusqu’alors pas vraiment valorisés, car la filière n’existait pas vraiment. Ce sont des bois qui n’étaient pas exploités, des grosses branches, des morceaux tordus de tous les côtés, des bois qui font des gros nœuds. On ne peut pas faire de meubles ni de palettes avec ces bois-là. Ils sont inexploitables dans ces filières-là. On récupère donc ces déchets qui ne servaient à rien. On les broie et on fait de la plaquette forestière, c’est-à-dire des copeaux de bois qui servent à alimenter des chaufferies industrielles ou des chaufferies collectives pour chauffer des habitations. Aujourd’hui, de plus en plus de chaufferies se montent par rapport à ça car c’est une matière première qui est assez abondante dans beaucoup de régions de France.

Quels sont tous les avantages de ce procédé ?

Il existe plusieurs avantages. Les grosses chaudières industrielles, avec cette matière-là, créent de la chaleur et donc de la vapeur d’eau. Cette vapeur d’eau peut être utilisée dans des procédés industriels mais elle peut aussi servir pour faire de l’électricité en montant un alternateur sur une turbine. Ce sont les chaufferies dites de cogénération, qui permettent de produire de la vapeur d’eau pour produire de l’électricité tout en s’en servant dans le processus industriel. La même énergie a deux utilités. C’est donc très écologique.

Et pour la forêt, est-ce que cela change quelque chose ?

Il faut entretenir la biomasse. C’est-à-dire qu’il faut entretenir la forêt pour en tirer le meilleur et permettre qu’elle se régénère. Le bois est une ressource qui repousse derrière donc si on fait ça convenablement, il y aura toujours de la matière pour nous chauffer et obtenir de l’électricité plus ou moins verte. Cette matière que nous prélevons pourrissait en forêt. Je veux bien faire comprendre que l’on ne ramasse pas tout. On en laisse une partie pour la bio diversité et continuer de créer de la matière organique qui est nécessaire pour que la forêt continue de se nourrir et de se développer.

Cet engagement écologique était-elle une priorité dans votre démarche ?

Tout ce que l’on fait à la planète n’est pas forcément bon. Il suffit de regarder autour de soi. Quand on regarde d’autres pays, comme l’Allemagne et les pays scandinaves qui ont mis beaucoup de choses en place pour préserver la planète, je me dis que l’on devrait prendre exemple sur eux car nous sommes encore loin de ce qu’ils font. On a tous envie de protéger ce qui nous est cher, c’est-à-dire la planète et éviter tout ce qui se passe avec le réchauffement climatique. Depuis tout temps, l’homme a utilisé le bois pour se chauffer et cuisiner donc pourquoi arrêter d’utiliser le bois pour faire des choses que l’on faisait ainsi depuis des milliers d’années. C’est pour ça que je crois qu’il est important d’utiliser 100 % des ressources d’un arbre : ses racines, son tronc, ses branches. Il n’y a ainsi plus de déchet et cela permet de préserver la planète. Il faut bien comprendre que le bois que l’on utilise est inexploitable par les autres filières.

Depuis le début de votre activité il y a quatre ans, sentez-vous que les choses évoluent dans le bon sens ?

Je constate que les appels à projets sont de plus en plus nombreux. Il y a des chaufferies qui se montent petit à petit. C’est un marché qui se développe. Aujourd’hui, en énergie renouvelable, vous pouvez utiliser l’éolien, le solaire, l’hydroélectrique et je pense que la biomasse, notamment la plaquette forestière, peut devenir quelque chose d’important pour fabriquer de l’électricité verte, tout comme la méthanisation avec des déchets bio-organiques.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir