Baisse des salaires : les négociations s'ouvrent sur une unité de façade

  • La commission paritaire s’est réunie lundi soir pour poser les bases des discussions sur le sujet.
    La commission paritaire s’est réunie lundi soir pour poser les bases des discussions sur le sujet. PictureAlliance / Icon Sport / PictureAlliance / Icon Sport / PictureAlliance / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

La commission paritaire s’est réunie lundi soir pour poser les bases des discussions sur le sujet. Midi Olympique s’est procuré le compte rendu de cette entrevue.

Lundi soir, la Commission paritaire réunissant des représentants du syndicat des présidents, l’UCPR (dont Didier Lacroix, Bernard Pontneau, Alain Carré ou Matthias Rolland), de celui des entraîneurs Tech XV (comme Alain Gaillard), des joueurs (dont Charles Ollivon, Louis Picamoles, Rémi Tales, Jean-Marc Doussain, Yoann Maestri, Saïd Hirèche ou Thomas Ramos), de la DNACG (Dominique De Breyere) ou le président de Provale Robins Tchale-Watchou a posé les jalons d’une éventuelle baisse des salaires, qui pourrait être réclamée aux joueurs. Une question à traiter avec délicatesse, même si c’est une voie fortement envisagée pour alléger les difficultés économiques que les clubs vont forcément connaître. « Certains joueurs du FC Barcelone ont baissé leurs salaires de 70 %, témoignait le président de Montpellier Mohed Altrad dans ces colonnes lundi. Ce fut de leur initiative personnelle. [...] Hélas, je n’ai vu aucune initiative de rugbymen dans ce sens-là. »

Dans ces mêmes colonnes, son troisième ligne Kélian Galletier indiquait : « Même si nous avons pris la mesure du problème, la question ne se pose pas encore. On ne sait pas si la saison va se terminer ou non. » Preuve du côté épineux du sujet. À l’issue de la réunion de lundi, tous les acteurs se sont dits satisfaits du climat dans lequel se sont déroulés les échanges et ont convenu d’avancer de manière collégiale. Mais ont-ils réellement avancé justement ? Ils ont surtout convenu des bases de discussion, selon le compte rendu de la réunion, que Midi Olympique s’est procuré.

Les agents rejetés par Tchale-Watchou et tech XV

En préambule, le président Thierry Emin a rappelé la raison pour laquelle Intervals, le syndicat des agents, avait été convié à une précédente réunion du groupe « aspect financier » « pour travailler notamment sur les salaires qui représentent une des plus grosses parts du budget des clubs », alors que Provale n’était pas présent, ce qui avait froissé Tchale-Watchou.

Lundi, l’UCPR a de nouveau proposé d’intégrer le syndicat des agents à la commission paritaire mais s’est vu signifier une fin de non-recevoir par Robins Tchale-Watchou au motif suivant : « Elle est composée de partenaires sociaux, pas question d’y faire entrer des intermédiaires. » Position rejointe par Alain Gaillard. Un compromis a finalement été trouvé : les agents, dont l’avis et les informations seront « nécessaires », pourront « intervenir ponctuellement » et « être écoutés » dans le but « d’affiner [les] décisions. »

La DNACG préconise environ 25 % de baisse

Le principal enseignement de la réunion concerne les chiffres présentés par la DNACG. Comme révélé dimanche sur Rugbyrama.fr, le gendarme financier préconise une baisse des salaires d’environ 25 %. Pourquoi ? Son représentant Dominique De Breyere l’a étayé lundi. « La DNACG prévoit une baisse de partenariat de 30 % pour les deux divisions à la suite de cette crise sanitaire », selon le compte rendu. En conséquence, selon elle, « il faut enregistrer une baisse de masse salariale de 23,36 % en Top 14 et 26,42 % en Pro D2. » Pour autant, aucun accord n’a encore été dégagé en ce sens. Même si Tchale-Watchou, qui avait repoussé l’idée d’une baisse de 30 % il y a dix jours dans Midi Olympique, a précisé que « les joueurs sont sensibles et se sentent concernés par la situation, qu’ils souhaitent être solidaires de tous les acteurs pour traverser cette crise » ; Chacune des parties a rappelé l’importance d’une « négociation collective », notamment pour que « l’équité soit maintenue entre clubs. »

Et Didier Lacroix de mettre en garde : « Les joueurs ne doivent pas être la seule variable d’ajustement et [...] il n’est pas question de combler les déficits structurels avec lesquels certains clubs décident de fonctionner chaque saison. » En attendant, si les partenaires sociaux ont prévu de se retrouver les 14 et 21 avril, l’unité est jusque-là préservée. Au moins de façade, à défaut d’engagements concrets.

Jérémy Fadat avec Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir