Les barrages pour la Coupe d'Europe font polémique

  • Clermont affronterait Toulouse...
    Clermont affronterait Toulouse... Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

L’idée d’annuler la saison mais de qualifier les quatre premiers actuels en Champions Cup, et d’instaurer des barrages pour les quatre suivants, ne séduit pas tout le monde. Loin de là.

Mercredi soir, comme révélé sur Rugbyrama.fr, les présidents de Top 14 et de Pro D2 ont décidé par vote que la saison en cours n’aurait pas d’incidence sur la prochaine si elle venait à être annulée. Enfin, peut-être pour vingt-six des trente écuries du rugby professionnel… Car, si le système de points de bonus ou de malus, défendus par certains, a été enterré, il n’en serait pas de même pour la course à la qualification européenne. à savoir que les quatre premiers du classement actuel de Top 14 pourraient être directement envoyés en Champions Cup pour l’édition 2020-2021, quand les quatre suivants disputeraient des barrages pour arracher les deux derniers billets : le cinquième (La Rochelle) recevrait le huitième (Montpellier) et le sixième (Clermont) recevrait le septième (Toulouse). Parmi ces derniers, certains font part de leur incompréhension, tel le manager de l’ASMCA Franck Azéma : "Je ne comprends rien à cette affaire. ça sort d’où encore ? Qui a eu cette idée ? On ne peut pas demander à tout le monde d’arrêter sauf à quatre équipes, qui se feraient un mini-championnat ! Ça rime à quoi ? Et d’ailleurs, pourquoi le troisième et le quatrième n’y participeraient pas ? Idem pour le neuvième et le dixième ? Au nom de quoi ? ça n’a aucun sens. À un moment, il faut être cohérent : soit on arrête le classement du Top 14 comme il est actuellement, et les six premiers sont qualifiés. Point. Soit on dit "c’est une saison blanche" et on garde les mêmes qualifiés que la saison dernière. Visiblement, on se dirige vers cette option puisqu’on va maintenir tout le monde. ça paraît tout de même simple, non ? Là, on mélange deux systèmes mais pour faire plaisir à qui ? On s’invente des problèmes. On invente une solution pour donner une chance au septième et huitième de se qualifier. C’est ridicule."

En plus du quart de finale européen ?

L’hypothèse semble ainsi bancale. Du côté du Stade toulousain par exemple, quelques-uns se sont étonnés que l’exercice soit blanc pour l’attribution du Brennus ou les relégations, mais que les dix-sept premières journées puissent tout de même avoir une influence directe sur les tickets de Champions Cup. Argument évident : le champion de France, plus gros pourvoyeur des Bleus, a fait sans ses internationaux pendant des mois et comptait sur les neuf derniers matchs de phase régulière avec un groupe au complet pour revenir dans la hiérarchie. La logique est simple : soit on trouve un moyen de terminer plus tard le Top 14, quelle que soit la formule, pour définir les places finales ; soit on annule la saison pour de bon (malheureusement pour Bordeaux-Bègles et Lyon) et on repart comme l’année précédente. Cette solution "à mi-chemin", donc des barrages inédits (à jouer avec les effectifs de la saison prochaine !), étant en partie incongrue. Sans compter que Clermont et Toulouse (comme le Racing 92) pourraient aussi à avoir un quart de finale européen à disputer dans la même période si c’est l’idée retenue par l’EPCR.

Jérémy Fadat avec Léo Faure
Voir les commentaires (1)
Réagir
Les commentaires (1)
OLIVE34 Il y a 1 mois Le 14/04/2020 à 09:39

GOZE veut absolument faire plaisir a son pote MARTI, incapable de se qualifier dans les 6 depuis 10 ans et qui profite des échéance internationale pour placer son club en tête. Après c'est malhonnête au possible de décider que le premier de la saison régulière peut être champion, puisque c'est faux en moyenne une foi sur 2