Coupe du monde des clubs : fantasme ou réalité ?

  • Bernard Laporte, président de la FFR
    Bernard Laporte, président de la FFR - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le président de la Fédération française, Bernard Laporte, a dévoilé dans nos colonnes sa volonté de créer avec World Rugby une Coupe du monde des clubs pour relancer l’économie de son sport. Une idée qui ne date pas d’hier.

C’est un rêve pour certains, un serpent de mer pour d’autres. La création d’une Coupe du monde des clubs a toujours fait fantasmer le monde du rugby, surtout tricolore. En effet, depuis la montée en puissance du Super Rugby, loué pour son côté spectaculaire et ses formations franchisées aux multiples stars internationales, il a toujours été de bon ton de se demander ce qu’aurait fait le Stade toulousain de Guy Novès face aux Crusaders d’Andrew Mehrtens, quatre fois vainqueurs du Super 12 entre 1998 et 2002, ou encore si le Toulon stratosphérique des trois titres européens consécutifs n’aurait pas donné la leçon aux Chiefs ou aux Waratahs.

Des présidents de clubs en ont rêvé, comme Mourad Boudjellal qui revient ci-dessous sur ce combat qu’il n’a pas réussi à mener jusqu’au bout devant certainement l’immobilisme et la crainte des fédérations et ligues concernées. Avant lui, Patrick Sébastien, alors grand manitou du CA Brive avait lui aussi tout fait pour mettre sur pied ce rendez-vous tant fantasmé. Il avait réussi à faire venir les Auckland Blues en Corrèze. Les champions du Sud avec à leur tête Fitzpatrick, Lima et Stensness, venaient se mesurer aux Brivistes, tout juste sacrés sur la scène européenne. Les Néo-Zélandais l’avaient facilement emporté (47-11) mais Alain Penaud et Laurent Travers, auteur du seul essai corrézien, s’en souviennent encore.

Trouver la bonne formule

Le projet est ressorti des cartons. Mieux, deux organes y travaillent. Tout d’abord, Wolrd Rugby comme l’a annoncé Bernard Laporte dans ces colonnes lundi dernier. Ensuite, l’EPCR, en charge de l’organisation des Coupes d’Europe a aussi répliqué avec sa Coupe du monde des clubs qui était en gestation avant la crise sanitaire mondiale. L’ancien sélectionneur du XV de France prône pour une compétition annuelle en lieu et place de la Coupe d’Europe alors que l’EPCR souhaite organiser ce rendez-vous mondial tous les quatre ans, dans le prolongement de la compétition continentale actuelle. Il faut aussi comprendre que l’enjeu est financier, puisque le premier projet émane des Fédérations alors que les clubs sont les premiers partenaires de l’EPCR.

Trouver la bonne formule est l’enjeu de demain pour donner naissance à cette Coupe du monde des clubs. Ce n’est jamais facile puisque même le football a peiné à faire de ce rendez-vous un événement dans la saison et le tennis connaît des difficultés pour changer le format de la Coupe Davis, sa Coupe du monde en équipe, mais aussi de la FedCup. Au rugby, le débat est de nouveau sur la table, c’est bien la première étape pour rêver à cette Coupe du monde des clubs.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?