« L’île » le restaurant de 3 rugbymen, a livré plus de mille repas aux hôpitaux lyonnais

  • "L’île" le restaurant de 3 rugbymen, a livré plus de mille repas aux hôpitaux lyonnais
    "L’île" le restaurant de 3 rugbymen, a livré plus de mille repas aux hôpitaux lyonnais / DR
Publié le / Mis à jour le

Pascal Papé, David Attoub et Sylvain Nicolas - ex-joueurs professionnels- associés dans le restaurant "l’île" à Vernaison (Rhône) avec le chef Arnaud Serlin, ont livré plus de Mille repas aux hôpitaux lyonnais avant de mettre en place un service de drive et même de livraison de repas à domicile.

Anciens rugbymen qu’on ne présente plus, Pascal Papé, David Attoub et Sylvain Nicolas ne sont pas que des "bons mecs". Mais aussi des hommes d’affaires qui prouvent que la solidarité n’est pas qu’une valeur abstraite, à cantonner aux terrains de rugby… Propriétaires du restaurant "L’île" à Vernaison, sur les bords du Rhône, en association avec Arnaud Serlin (associé, directeur et chef du restaurant qui a appris son métier dans les cuisines de Guy Savoy, et s’avère, pour la bonne bouche, cousin de Sylvain Nicolas), les rugbymen n’ont pas hésité une seconde lorsque l’idée leur fut soumise de dédier leurs cuisines au personnel soignant. "Au début de la crise, Arnaud Serlin nous a dit qu’il fallait faire un geste, participer à l’effort collectif, aider les hôpitaux et le personnel soignant, explique Pascal Papé. Nous avons donc livré plus d’un millier de repas aux soignants des hôpitaux de Lyon-Sud, de Femme Mère-Enfant à Bron, de Pierre-Oudot à Bourgoin-Jallieu ou bien encore des urgences de Vénissieux." Rien que de très naturel aux yeux de l’ancien deuxième ligne international, devenu directeur de la formation du Stade français, qui se mue pour l’occasion en porte-parole de ses associés : "Les valeurs du rugby, on en parle souvent. Mais c’est dans la difficulté que la solidarité, l’entraide et la fraternité doivent s’exprimer. Ce n’est peut-être qu’une petite goutte d’eau dans la bataille que livrent jour et nuit les soignants, mais c’est notre manière de leur rendre hommage et de faciliter leur tâche dans ces moments difficiles."

"Faire venir le restaurant aux gens"

Reste qu’au-delà de la bonne action, subsistait un autre enjeu tout à fait légitime, à savoir maintenir un semblant d’activité dans un secteur de la restauration particulièrement impacté par la pandémie de Covid-19. "Ce qu’on ne voulait surtout pas, c’était revenir après le confinement dans un resto où nous aurions trouvé des toiles d’araignées dans la salle ou dans les cuisines. Presque tous nos employés ont été mis au chômage partiel mais nous avons décidé de continuer à cuisiner. Pour cela, nous avons proposé de venir chercher leurs repas en drive mais aussi de livrer au domicile de ceux qui ne pouvaient pas se déplacer", détaille Pascal Papé.

À la carte ? Des menus uniques : agneau pour Pâques, cuisses de grenouille… Rien de révolutionnaire sur le fond, sauf que ce deuxième étage de la fusée s’est mué en véritable réussite sur le plan social. "On ne gagne pas notre vie en faisant du drive et de la livraison de repas, je vous rassure, conclut l’ancien capitaine du XV de France. Mais cela nous permet de limiter un peu la casse et, surtout, cela fait un bien fou aux gens… Lorsque je suis passé pour l’opération cuisse de grenouilles, la file de voitures en arrivant au restaurant était énorme. Nous avons même livré des repas jusqu’à Écully, au nord de Lyon ! Cultiver ce lien avec les personnes qui en ont besoin, limiter la coupure sociale et faire venir le restaurant aux gens confinés à domicile, c’était vraiment important dans cette crise. Ce fut un peu de soleil dans la grisaille quotidienne de certains…" Mais aussi dans la tête des heureux associés, heureux de constater qu’en attendant des jours meilleurs, les valeurs de solidarité peuvent permettre de traverser toutes les tempêtes, bien au-delà des terrains de rugby.

Voir les commentaires
Réagir