Jean-Pierre Humbert : « Nous voulons un National dès la saison prochaine »

  • Jean-Pierre Humbert - Président de Bourg-en-Bresse
    Jean-Pierre Humbert - Président de Bourg-en-Bresse
Publié le / Mis à jour le

S’il se positionne pour une saison sans montée en Pro D2, il plaide également pour une réforme de la compétition de la Fédérale 1 la saison prochaine.

Votre club a vivement réagi dimanche soir, en prenant connaissance des informations  selon lesquelles Massy et Albi espéraient évoluer la saison prochaine en Pro D2…

Quand la FFR a pris la décision d’arrêter définitivement la saison de Fédérale 1, je ne pouvais qu’y souscrire. En tant que maire (de Villette-sur-Ain, N.D.L.R.), je suis en première ligne face à cette pandémie dont on connaît parfaitement les ravages. Je viens d’ailleurs d’y perdre un de mes meilleurs amis, Marcel Venot, ancien président de la Fédération française de canoë-kayak, mort du covid-19 à 82 ans… Je voudrais d’ailleurs à ce titre avoir une pensée pour tous les soignants et le personnel qui lutte pour notre santé. La priorité était de garantir la sécurité de tout le monde et la décision de la FFR était la bonne. Sauf que dans un deuxième temps, nous avons eu vent de cette histoire de montée et nous avons réagi en voyant que nous étions troisièmes d’un pseudo-classement national, derrière Massy et Albi. Sur quelles bases ? Sur quels critères ? Le règlement prévoit un classement pour disputer des phases finales, pas pour dire que les deux premiers doivent monter ! D’autant qu’il y avait de flagrants déséquilibres dans la constitution des poules, puisque certaines comptaient 4 promus, d’autres 2, et d’autres aucun... Comment établir un classement équitable, alors ? Sincèrement, s’il avait devait y avoir des montées sur tapis vert, qui plus est après les rebondissements de cette semaine, nous ressentirions un énorme sentiment d’injustice, et nosu serions prêts à les contester.

À ce point ?

Pour nous aussi, cette fin de saison prématurée nous impacte. Un match de phases finales à Verchère, c’était l’occasion d’une affluence à 8 500 personnes et tout ce qui va avec en termes de partenariat, d’hospitalités. C’était déjà un manque à gagner important. Alors, si en plus nous avions dû nous sentir lésés, c’était la double peine… Il faut comprendre qu’à Bourg, tous les voyants sont au vert pour le Pro D2 ! Le président de l’agglomération vient d’investir près de 12 millions d’euros depuis cinq ans sur les infrasctructures du stade, dans l’optique du Pro D2. Nous avons des fonds propres, un centre de formation performant, un stade et une pelouse refaits à neuf… Déjà que nous sommes descendus l’an dernier avec un total de 60 points, ce qui n’était jamais arrivé, le fait de voir d’autres clubs monter sur tapis vert serait vraiment très mal vécu. Au final, un statu quo vaudrait mieux, il aurait le mérite d’éviter une injustice.

Lundi, les clubs de Pro D2 se sont d’ailleurs opposés aux montées des clubs de FFR, avant que Bernard Laporte engage un certain forcing...

Pour avoir échangé avec plusieurs présidents, je comprends la volonté des clubs de Pro D2 de rester à seize la saison prochaine. Rajouter des matchs, c’est rajouter des dépenses, des besoisn en joueurs...Or, par rapport à la crise actuelle, la plupart des clubs envisagent de baisser drastiquement leur budget. Pour eux, passer à 18 ne serait pas cohérent.

Justement, si aucun club ne devait monter en Pro D2, comment appréhenderiez-vous la prochaine saison de Fédérale 1 et cette fameuse formule à soixante clubs ?

Je suis peut-être le seul président de Fédérale 1 qui avait plaidé, voilà deux ans, pour que la poule d’accession, ou National, appelez-la comme vous voulez, reste en l’état. J’ai lu dans vos colonnes que la FFR prévoyait de la relancer en 2021-2022. Mais dans l’hypothèse où aucun club ne monterait en Pro D2 la saison prochaine, notre nouveau combat serait de faire en sorte que le National voit le jour dès la saison prochaine. D’ailleurs, je l’ai d’ores et déjà signifié au président de la FFR, Bernard Laporte, et je sas que plusieurs clubs dont Narbonne y sont favorables.

Pensez-vous un tel retournement de situation encore possible alors que les modalités du futur championnat doivent être annoncées dans une semaine à peine ?

Soyons clairs : j’ai beaucoup de respect pour tous les clubs de Fédérale 1, y compris pour ceux qui y survivent avec des petits budgets et qui, pour certains, nous ont battu sur le terrain. Mais il faut comprendre que lorsqu’on dirige un club qui vise la montée en Pro D2, il semble plus intéressant d’évoluer dans une division qui l’y prépare… Or, je le dis : la Fédérale 1 actuelle ne prépare pas à se maintenir sportivement en Pro D2, on l’a bien vu cette saison avec les parcours de Valence-Romans et de Rouen, il faut pratiquement deux mois pour s’adapter aux exigences de a Pro D2. Et avec le passage à soixante clubs, si on reste sur le principe de cinq poules de douze, ce sera encore moins le cas, d’autant que beaucoup des clubs les mieux classés de Fédérale 2 ont refusé leur montée ! Sans oublier que la crise du covid-19 sera passée par là et que les moyens seront réduits pour beaucoup de clubs, ce qui renforcera encore certaines inégalités.

Quitte à se faire l’avocat du diable, on vous rétorquera qu’aucune division intermédiaire entre Fédérale et Pro D2 n’a vraiment fonctionné…

J’ai pourtant toujours milité pour ça. La poule d’accession était ce qu’elle était et, comme l’a bien dit Maurice Buzy-Pucheu dans vos colonnes, certains clubs n’y étaient peut-être pas très bien préparés. Mais sportivement, nous avions des matchs relevés tous les week-ends et c’est tout de même un critère indispensable pour négocier au mieux une éventuelle montée en Pro D2.

Mais si certains clubs n’y étaient pas bien préparés voilà deux ans, pourquoi le seraient-ils davantage aujourd’hui ?

Parce que la plupart des présidents de club ont compris qu’on ne bâtissait rien de solide sur du court terme. Et puis, il faut être logique : si des équipes ont un vrai projet de club dans l’objectif de jouer en Pro D2 en 2021-2022, alors ils sont prêts à passer une saison dans un National en 2020-2021… S’ils ne le sont pas, c’est qu’ils ne sont pas prêts, tout simplement ! Pour tout dire, si on ne passe pas par la création de cette division intermédiaire, la saison prochaine de Fédérale 1 me fait peur. Parce qu’en opposant des vrais pros à des joueurs strictement amateurs, on prend des risques qu’on ne mesure pas.

Voir les commentaires
Réagir