Laranjeira, buteur sans poteaux

  • Thomas Laranjeira of Brive kicks a conversion during the Pro D2 match between Brive and Carcassonne on April 12, 2019 in Brive, France. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport)
    Thomas Laranjeira of Brive kicks a conversion during the Pro D2 match between Brive and Carcassonne on April 12, 2019 in Brive, France. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le meilleur réalisateur du Top 14 cette saison n’a pas buté depuis deux mois. Une frustration parmi d’autres pour l’arrière qui aurait tant aimé dire au revoir aux partants sur le terrain.

"Oui, dès lundi, je pense que j’irai buter. Je ne sais pas si le stade sera ouvert mais je trouverai bien des poteaux dans le coin pour taper quelques ballons. J’ai ce qu’il faut à la maison, pour le coup." Le meilleur réalisateur du championnat cette saison, avec 181 unités au compteur, fourmille d’impatience : depuis deux mois, Thomas Laranjeira n’a pu pratiquer son exercice favori. Les bonnes habitudes ont dû être mises entre parenthèses : "Il n’y avait pas le choix. J’ai respecté les règles du confinement et je n’ai pas de poteaux dans le jardin. Cela me manque vraiment. Je suis impatient. Les sensations vont peut-être être bizarres au début mais les repères vont vite revenir, à mon avis. C’est surtout l’absence de compétition derrière qui risque de changer l’approche."

Une relative frustration parmi d’autres pour cet amoureux de la balle : "Même si j’ai un peu d’espace à la maison, la manipulation de la balle reste minime. J’ai lancé quelques jeux mais tu fais vite le tour. Et comme ma femme est enceinte, elle ne peut même pas me faire de passes", sourit le Corrézien. À défaut de mieux, il s’est entretenu physiquement : "C’était dur de trouver un rythme. Puis, c’est venu. Le club a distribué des poids et je prenais mon attestation pour aller courir dans ma rue. Elle fait cent mètres de long, j’enchaînais les allers-retours et le fractionné. Cela m’a permis de me défouler, au moins. Mais au bout d’un moment, courir sur du bitume, ça tape sur le tendon."

"J’espère que nous repartirons sur cet élan"

Parmi toutes les privations, Thomas Laranjeira a le plus regretté l’éloignement de ses camarades de jeu : "Il y a eu quelques séances collectives de cross fit ou des challenges organisés en visio. ça permet de maintenir une cohésion, de garder le contact. Mais le vestiaire, c’est ce qui manque le plus. Dans cette situation, on se rend encore plus compte de la chance que nous avons de vivre une telle aventure collective en temps ordinaire." Un chapitre va, d’ailleurs, se refermer, à distance : "C’est bizarre de ne pas pouvoir célébrer les dix mecs qui vont partir du club, de ne pas pouvoir leur dire au revoir comme j’aurais aimé. Depuis une semaine et l’officialisation, nous ne pouvons même pas nous voir."

La compétition repartira sur un autre cycle. Toujours en Top 14. Et avec le titre officieux de meilleur réalisateur de l’élite pour le numéro 15 briviste : "Même si c’est anecdotique, ça reste cool, évoque, du bout des lèvres, le meilleur arrière du championnat sur le plan statistique. J’étais sur une bonne lancée et content de cette saison, que ce soit individuellement ou collectivement. J’espère que nous repartirons sur cet élan et même mieux encore."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir