Otton : « Toucher d’autres communautés »

  • "Toucher d’autres communautés"
    "Toucher d’autres communautés"
Publié le / Mis à jour le

Quel bilan tirez-vous de votre événement, "le Top 14 s’invite chez vous", et son live-stream de huit heures dimanche dernier ?

Extrêmement satisfaisant. Nous avions plusieurs enjeux autour de cette opération et tous ont été réalisés. Le premier était de soutenir activement l’association des Petits frères des pauvres. Toute la population française, avec cette crise du Covid-19, perçoit ce que peut être l’isolement social, celui que peuvent vivre les personnes âgées dans les Ehpad ; le rugby professionnel se devait de tendre la main à cette structure qui gère notamment trente établissements de logements collectifs pour nos aînés. Il fallait se servir de la puissance médiatique du Top 14. Avec un million de personnes qui se sont connectées sur notre live, et plus de 34 000 euros récoltés, les objectifs sont plus que remplis. Je tiens d’ailleurs à remercier tous les clubs du Top 14 qui se sont mobilisés pour cette belle cause. Deuxième enjeu, s’ouvrir à d’autres communautés, faire découvrir le Top 14 à un nouveau public. En ce sens, les passerelles qui se sont créés entre notre animateur, le Youtubeur Gonzague, mais aussi ses confrères, les groupes de musique, et la population rugby sont prometteuses pour l’avenir. On s’est servi de la proximité et de l’accessibilité des rugbymen et de la puissance qu’amènent les réseaux sociaux. Enfin, cela nous a permis d’avoir un autre message, de ne pas être technico-tactique mais de partager l’intimité de nos joueurs et des entraîneurs. J’ai aimé la façon dont Franck Azéma ou Xavier Garbajosa sont venus aborder leur problématiques rugby. On a montré un visage très attirant de notre sport.

Est-ce une opération qui a vocation à se renouveler à l’avenir ?

Le rugby possède une culture qui peut bien s’exprimer sur les réseaux sociaux. Nos joueurs sont réputés, et le sont, proches des supporters. Ce genre de format, permet un échange direct. On découvre des pans de leur personnalité comme l’humour pince sans rire d’un Félix Lambey, ou l’appétence pour la cuisine d’un Thomas Ramos. Avec eux, on touche une autre clientèle. Alors oui, on souhaite rééditer ce genre d’opération. L’événement sera sûrement beaucoup plus court, car huit heures de live, cela demande une logistique très lourde et un travail de près de dix jours en amont, mais la LNR est partante pour recommencer. On a créé un lien direct entre nos tribunes et les acteurs du terrain.

Les annonceurs peuvent-ils vous suivre, sur ce genre de format ?

Absolument, il n’y a qu’à voir toute la mobilisation de la GMF sur "Le Top 14 s’invite chez vous". La démarche est même naturelle pour s’associer à ce genre de format. Canal + aussi a joué le jeu, avec notamment les interventions de ses consultants vedettes Marc Lièvremont et Cédric Heymans. Tous les partenaires de la LNR se sont investis. Je pense que cela peut en attirer d’autres, car nous touchons aussi un nouveau public et d’autres communautés avec cet engagement.

Voir les commentaires
Réagir