À Grenoble, les joueurs sont aux fourneaux

  • À Grenoble, les joueurs sont aux fourneaux
    À Grenoble, les joueurs sont aux fourneaux DR / DR
Publié le / Mis à jour le

Répondant à l’appel de leur ailier Lucas Dupont, les joueurs du FCG se sont mobilisés tout au long de la semaine sous forme de bénévolat pour offrir leur aide à plusieurs partenaires du club spécialisés dans les métiers de bouche. Une initiative solidaire en cette période de crise qui a eu le mérite de sortir les joueurs d’une certaine monotonie, et surtout d’apporter quelques sourires autour d’eux dans cette période difficile…

On a assez écrit au sujet du supposé manque de sens des responsabiltés, pour ne pas dire l'assistanat dans lequel se complaisent bien des joueurs professionnels, pour ne pas saluer leurs initiatives lorsqu'elles sont sincères et viennent d'eux-mêmes. Et c'est justement bien de leur propre chef que les joueurs du FC Grenoble se sont lancés dans un joli projet. « L'initiative revient à Lucas Dupont, relate le troisième ligne et capitaine de l'équipe Clément Ancely. Il avait bien senti que beaucoup de joueurs du groupe avaient envie de se sentir utiles pendant cette crise, que l'inactivité leur pesait… » « Lucas nous a tout simplement demandé sur le groupe Whatsapp des joueurs qui serait intéressé par une initiative solidaire, témoigne le deuxième ligne Mickaël Capelli. Les intéressés ont répondu présent, et ça s'est lancé comme ça. » Une idée que l'ailier formé au club murissait depuis quelques jours, avant de se lancer. « Je voyais passer pas mal de choses sur les réseaux sociaux au sujet des restaurants qui commençaient à mettre en place de la vente en livraison, raconte Dupont. Et je me disais qu’auprès de nos partenaires qui exercent des métiers de bouche, il y avait quelque chose à mettre en place… Comme je suis délégué du personnel, nous avons des réunions du CSE toutes les semaines avec nos dirigeants. C’est là que j’ai dit que nous, joueurs, voulions être force de proposition pour faire quelque chose dans cette crise. Mon idée de départ, pour tout dire, était que nous jouions les coursiers pour eux. Mais il s’est avéré que ce n’était pas facile à mettre en place rapidement d’un point de vue logistique, d’autant que pas mal de nos ambassadeurs travaillaient déjà avec les plate-formes classiques de la vente en livraison. »

Cuisiniers, boulangers, pâtissiers, commis de cuisine…

C'est ici qu'une autre personne entre en jeu : Corentin Fernandes, dont l'idée fut de rapprocher des « Ambassadeurs » du club pour monter rapidement sur pied une opération concrète. « Les Ambassadeurs, c'est un réseau d'une cinquantaine de commerçants, qui sont aussi partenaires du club et subissent la crise de plein fouet. L'idée, c'était de leur donner un coup de pouce. Nous avons croisé leurs calendriers avec les disponibilités des joueurs, et voilà… »
C'est ainsi que, le temps d'une semaine, les joueurs du FCG se sont mués en chefs, plongeurs, et autres livreurs, pour le plus grand plaisir de leurs ambassadeurs. On vit ainsi, pêle-mêle, Lilian Saseras et Enzo Selponi jouer les mitrons à la boulangerie Le Friand  ; Clément Ancely et Théo Nanette de démultiplier entre le restaurant Saveurs en mêlée et l'épicerie La Môme  ; Mickaël Capelli et Dylan Jacquot se transformer en commis de cuisine aux Jardins de Sainte-Cécile  ; Bastien Guillemin et Lucas Dupont s'employer aux cuisines du restaurant La Provence  ; sans oublier les Amazones Lou Agriodos et Linda Hafsa pâtissières d'un jour au Petit Trianon… Bref, une jolie mobilisation qui se poursuivra en début de semaine prochaine, mardi du côté du restaurant Le Local à Saint-Egrève et mercredi chez le primeur le Cours des Halles à Goncelin. « On n'a pas vraiment de visibilité à moyen terme d'autant qu'on ignore encore quand les joueurs pourront reprendre l'entraînement, glisse Corentin Fernandes. On va essayer ça de maintenir ça le plus longtemps possible mais ce qui nous satisfait, d'ores et déjà, c'est que ces petites manifestations ont fait chaud au cœur à tout le monde. C'était le but et c'est déjà un premier succès. »

« Après deux mois à tourner comme des lions en cage, on s’est enfin senti utile »

Car si les Ambassadeurs se sont évidemment avérés touchés par l'initiative des joueurs qu'ils supportent tous les week-ends, les plus heureux n'étaient peut-être pas ceux que l'on croit… « On a pas mal de temps libre, en ce moment, sourit Ancely. Cela faisait deux mois que je ne sortais plus que pour faire deux ou trois courses, alors forcément, on était content de se retrouver. » « À force de ne rien faire, dans mon appartement du centre-ville, j'étais un vrai lion en cage, prolonge Mickaël Capelli. Vous n'imaginez pas le plaisir qu'on a eu de se revoir  ! Avec un gars comme Dylan, on s'appelait tous les deux-trois jours, sauf qu'à la longue on n'avait plus rien à se dire… Le simple fait de se voir, de bosser un peu ensemble, de s'envoyer quelques vannes, ça fait un bien fou à la tête. J'ai fait des petites décorations avec un pochoir, Dylan a posé quelques cacahuètes, on a fait la plonge. Rien de dingue, mais on s'est enfin senti utile et après deux mois à ne rien faire, c'est déjà pas mal.»

La conclusion  ? On la laissera au premier relanceur, Lucas Dupont. « On sait bien que c’est très symbolique et que toutes ces entreprises se débrouilleraient très bien sans nous pour exercer leur métier, mais c’était surtout une manière de leur montrer que les joueurs du FCG pensaient à eux dans cette période difficile. Ce qui est bien dans cette initiative, c’est qu’elle d’apprendre à se connaître et à créer du lien entre les joueurs, les personnes qui travaillent dans les bureaux et nos partenaires.» Mission accomplie au-delà des espérances.

Anecdote : vendredi, au service d’un ehpad

L'initiative la plus marquante de la semaine a probablement été menée vendredi 8 juin, à l'épicerie La Môme, située rue de Turenne. La mission en elle-même  ? Elle n'avait rien d'insurmontable, qui résidait dans la mise en boîte d’un couscous à emporter et la confection d’un dessert. Mais c'était davantage sa finalité qui importait aux joueurs du FCG, qui consistait à livrer dans la foulée la commande à L’Ephad du Bois d’Artas, quelques dizaines de mètres plus loin. « Avec Theo Nanette, nous avons préparé une mousse au chocolat et une soupe de fruits, sourit le capitaine et troisième ligne Clément Ancely. Ça ne nous a pris qu'une matinée, ce n'est rien du tout, mais cela a fait du bien à tout le monde… » « C'est l'initiative qui nous tenait le plus à cœur, parce qu'elle a beaucoup de sens dans le contexte de la crise sanitaire du moment, confirme Lucas Dupont. Se mettre au service du personnel d'un Ehpad, avec tout ce qu'ils traversent en ce moment, c'était important. On sait que cette maladie a fait beaucoup de ravages chez les personnes âgées, que leur personnel soignant a vécu des moments très durs. Alors, au-delà du symbole, cela avait beaucoup de sens pour nous. »

Voir les commentaires
Réagir