L’œil de l’arbitre Jérôme Garcès : « Si je pouvais rembobiner... »

  • Essai de Davit ZIRAKASHVILI - 15.05.2010 - Clermont / Toulon - 1/2 finale du Top 14 - Stade Geoffroy Guichard - Saint Etienne
    Essai de Davit ZIRAKASHVILI - 15.05.2010 - Clermont / Toulon - 1/2 finale du Top 14 - Stade Geoffroy Guichard - Saint Etienne Jean Paul Thomas / Icon Sport / Jean Paul Thomas / Icon Sport / Jean Paul Thomas / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le premier français à diriger une finale mondiale s’avère encore profondément marqué par son erreur d’appréciation sur l’essai de Zirakashvili. Un mea culpa aussi douloureux que sincère.

C’était mardi après-midi. Le temps était maussade en Béarn et, juste avant de raccrocher, Jérôme Garcès nous fit cette confidence, du ton pince-sans-rire qu’on lui connaît : « Je ne te remercie pas. Déjà que la journée était pourrie, je vais broyer du noir jusqu’à la tombée de la nuit. » Parce qu’on peut depuis lors avoir été élu à trois reprises meilleur arbitre français, avoir dirigé trois finales de championnat, une de Coupe d’Europe, deux tournées des Lions et même être devenu le premier arbitre français à avoir dirigé une finale de Coupe du monde, une cicatrice ne se referme jamais vraiment. Et que cette demi-finale constitue probablement la principale d’une carrière en tous points exemplaires, que Jérôme Garcès regrette encore dix ans plus tard… « Si j’avais le pouvoir de rembobiner le temps et de modifier ma décision, je le ferais sans hésiter. »

« Quand tu vois les images sur les écrans, tu te dis aïe… »

Et quand on lui rétorque que c’est probablement ce fait de jeu qui fit basculer le match dans la folie, qu’il y avait match nul à la fin du temps réglementaire, que Toulon n’avait presque jamais mené au score de la partie et que tout s’était décanté à la régulière au terme d’une prolongation de folie, Jérôme Garcès n’en a cure : « Quand tu es arbitre, ce genre de considération, tu t’en fiches… Ce que tu veux, c’est être le plus juste et le plus propre possible et là, je me suis trompé. Dix ans après, la blessure est encore là. C’est un événement regrettable, un de ceux qui m’ont le plus marqué de toute ma carrière, un des seuls que j’aimerais changer. »

Rappel des faits. À la 69e minute de la rencontre, le pilier doit de Clermont Davit Zirakashvili s’arrache et plonge dans l’en-but. Mais la main de Sonny Bill Williams lui fait échapper le ballon au moment d’aplatir, qu’il parvient tant bien que mal à caler sous son coude. « J’étais de l’autre côté du ruck et le temps que je fasse le tour, je vois le ballon sous le bras de Zirakashvili. Pour moi, il n’y avait aucune raison de douter. Je n’avais juste pas perçu qu’il avait lâché le ballon avant d’aplatir. » Les protestations de Contepomi ou Fernandez Lobbe n’y feront rien… Il faut dire qu’à l’époque, le protocole n’était pas le même, qui ne permettait pas à l’arbitre vidéo M. Pellaprat d’intervenir. « Bien sûr, les joueurs avaient protesté, réclamé la vidéo mais ce n’était pas comme si j’avais eu le moindre doute. Après, forcément, quand on se rend compte de la réalité, ce n’est pas pareil. Mais tu ne peux plus reculer une fois que tu as accordé l’essai… »

Car oui, le plus rude dans l’histoire est que M. Garcès se rendit compte de son erreur, en direct ou presque. « Il y avait de grands écrans dans le stade. Les images sont plus ou moins passées pendant que le buteur clermontois tapait la transformation. Quand tu vois ça, tu te dis aïe… Dans l’arbitrage d’un match comme ça, la dernière chose que tu veux, c’est ce genre de chose. Et pourtant, il ne faut pas te laisser déborder par les émotions et retourner à ton match. » Ingratitude de la fonction qui veut que parmi les 40 milliers de personnes présentes dans le stade pour ce match d’anthologie, son arbitre soit probablement la seule à en conserver un mauvais souvenir…

Voir les commentaires (1)
Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (1)
asemiste Il y a 18 jours Le 15/05/2020 à 18:55

onjour
oui c'est vrai que cet essai fait parler ça serait maintenant avec la video il serait refusé mais depuis J Garces etant quand meme un des meilleurs arbitres nous a pas fait de cadeaux l'annee derniere en finale contre toulouse il s'est ratrappé > Seconde mi-temps plus propre que la première si l’on excepte les mêlées et les HJ de ligne à partir de la 60ème qui semblent plus fréquents du côté du ST (et de l’ASM également). Maintenant à l’heure du bilan c’est clair : TOUTES les décisions litigieuses, celles qui ont pesé sur le résultat, TOUTES ont basculé côté ST. Je ne suis pas adepte du complot, je ne pense pas que Garces a agit sur commande mais il est évident que Toulouse n’est pas arbitré comme les autres clubs et qu’il faut être incroyablement plus fort qu’eux pour gagner, au moins en TOP14 parce qu’en HCUP, comme par hasard, c’est bien différent. Bref, nous avons largement contribué à perdre cette finale, tout le monde l'a dit et c'est exact, Toulouse a très bien joué les deux ballons qu’il a eu à exploiter sans rien faire d'extraordinaire sinon défendre comme des morts de faim, mais Garces et ses collègues ont eux aussi leur part de responsabilité et elle est loin d'être négligeable et ça, y en a ras le bol ! Quand est-ce que le club va proposer un tel débriefing aux journalistes ?!!! Il faut en sortir, c’est totalement insupportable !et encore je peux envoyer tout le match decortiqué mn par mn !