Bonnet-Gros (Vinay) : « Une super idée, on regrette juste son timing »

  • Philippe BONNET-GROS Manager de Vinay (Fédérale 2)
    Philippe BONNET-GROS Manager de Vinay (Fédérale 2)
Publié le / Mis à jour le

En tant qu’entraîneur qui a un peu d’expérience pour avoir connu une multitude de formules tout au long de ma carrière, pour moi, cette poule nationale, c’est non seulement une super idée mais surtout quelque chose d’absolument nécessaire. Pour les clubs qui veulent se préparer à une éventuelle montée en Pro D2, c’était un passage indispensable. Je suis allé assister à plusieurs matchs de Fédérale 1 cette saison, et il y a clairement au moins une division d’écart entre les équipes du haut du tableau et celles du bas. D’un point de vue sportif, c’est beaucoup mieux pour les équipes ambitieuses de pouvoir évoluer entre elles, dans une poule unique. J’espère simplement que la FFR saura leur trouver une bonne solution pour leurs équipes espoirs, car on imagine mal les réserves pouvoir jouer en lever de rideau de ces matchs-là, d’un point de vue logistique.

Après, la seule chose que l’on peut regretter, c’est le timing dans lequel a été bâtie cette division. Pour parler de Vinay, nous avons refusé la montée quand on nous parlait de Fédérale 1 à 60 clubs, avec 5 poules géographiques. On sait aujourd’hui qu’elle va être "allégée" avec la création du National, mais on aurait probablement aimé le savoir avant de prendre notre décision… Je ne dis pas que nous n’aurions pas choisi la même option, mais nous aurions au moins eu le temps de peser le pour et le contre. Il faut comprendre que quand on nous a proposé de monter, la perspective de jouer contre des Bourgoin, Massy, Bourg-en-Bresse ou Chambéry, c’était vraiment effrayant. Entre eux et nous, il y avait vraiment trois divisions d’écart en termes de budget, de structures. Clairement, la santé de nos joueurs aurait été en jeu. On l’oublie souvent mais passer de la Fédérale 2 à la Fédérale 1, c’est passer d’une poussée en mêlée limitée à une poussée illimitée. Il faut pratiquement recruter deux premières lignes complètes et nous ne pouvions pas nous le permettre par rapport à notre budget et à notre effectif… En revanche, sachant que les gros allaient être regroupés entre eux, notre réflexion aurait peut-être été différente… Notre cas est une chose, mais je pense aussi à Villefranche-sur-Saône qui a demandé à être relégué avant de savoir qu’il y aurait une poule élite… C’est un peu dommage que toutes ces décisions aient été prises dans une sorte de précipitation. Mais je le répète, sportivement, ce National reste une super idée.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir