Brenguier (Hyères-Carqueiranne) : « On regarde le Pro D2 avec des jumelles, un National donnerait envie d’avancer »

  • Brenguier (Hyères-Carqueiranne) : « On regarde le Pro D2 avec des jumelles, un National donnerait envie d’avancer »
    Brenguier (Hyères-Carqueiranne) : « On regarde le Pro D2 avec des jumelles, un National donnerait envie d’avancer » DR / DR
Publié le / Mis à jour le

Alain Brenguier, président de Hyères-Carqueiranne, se réjouit de la création de cette division intermédiaire qui rééquilibrerait à ses yeux la Fédérale 1 et pourrait devenir à terme un objectif sensé pour son club.

Êtes-vous pour ou contre la création d’une division "Nationale" ?

J’ai l’impression que depuis trop longtemps la Fédérale 1 est un panier de crabes : petits, moyens, gros, on met tout le monde ensemble ! Quand on ne sait pas où placer une équipe ? On la balance en Fédérale 1 : on renvoie les moins bons de Pro D2, les anciens participants de la Fédérale Elite et on prend des clubs qui ne savaient pas s’ils allaient monter de Fédérale 2. Si on reste sur ce modèle il risque d’y avoir des Ferrari contre des 2 CV. Cette division intermédiaire est indispensable.

Et pour votre club ?

Le RCHCC est un club "fort" de Fédérale 1 mais trop faible pour vouloir accéder au Pro D2 ; cette division intermédiaire serait donc une aubaine.

Pourtant vous perdriez les têtes de gondole de la Fédérale 1 comme Bourgoin ou Bourg-en-Bresse, à qui vous avez tenu tête cette saison. La perte sportive ne serait-elle pas trop importante ?

On peut faire un exploit sur la saison. Deux éventuellement. Mais contrairement à ces équipes nous n’avons rien d’un candidat au Pro D2 ! Et encore le RCHCC est une équipe "haut de tableau" Fédérale 1 qui peut occasionnellement tenir tête… mais imaginez les clubs de bas de classement. Ce format est trop déséquilibré : il prépare mal les candidats à la division supérieure et est dangereux pour les petits de chaque poule. Il faut que chacun puisse évoluer dans sa catégorie, et qu’on ne demande pas à un club qui monte de Fédérale 2 de boxer avec un candidat au Pro D2.

Financièrement, ne craignez-vous pas que vos sponsors se désintéressent de votre club sans grosses affiches contre les ténors de la division ?

Quand vous êtes une équipe moyenne, que vous courez après vos sponsors tout le temps et qu’à la maison vous prenez cinquante ou cent pions tous les week-ends, ça ne marche pas ! Et qu’on ne me dise pas "c’est bandant de jouer contre des gros clubs", car quand ces candidats au Pro D2 vous mettent des roustes tous les week-ends, les sponsors trouvent ça "bandant" trois minutes. Perdre de 50 points face à un adversaire prestigieux ça n’intéresse personne.

À terme, une accession à ce "National" pourrait-elle vous intéresser ?

Le Pro D2 n’a jamais existé dans nos projets : passer de 2 millions de budget à 6, je n’écoute même pas. Avec le format actuel, le RCHCC est condamné à demeurer en Fédérale 1, sans penser à l’échelon supérieur… C’est cruel d’avoir un plafond inamovible au-dessus de la tête. Alors bien évidemment que cette division intermédiaire nous challengerait : nous passerions d’un Pro D2 inenvisageable à une Nationale ambitieuse. La marche deviendrait accessible. Le Pro D2, je le regarde avec des jumelles, alors que la Nationale nous donnerait envie d’avancer.

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir