Douze clubs identifiés pour deux montées en Pro D2

  • (R-L) Christophe Desassis of Massy and Nicolas Strauss of Narbonne during the French Pro D2 match between Massy and Narbonne on March 2, 2018 in Massy, France. (Photo by Dave Winter/Icon Sport)
    (R-L) Christophe Desassis of Massy and Nicolas Strauss of Narbonne during the French Pro D2 match between Massy and Narbonne on March 2, 2018 in Massy, France. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Information Midi Olympique : cette semaine, pas moins de trois réunions ont eu lieu à la fédération et avec la ligue afin de mettre en place le championnat « National », soit l’anti-chambre du professionnalisme. Tout est en place ! Et voici les douze formations élues...

La procédure d’invitation officielle n’a pas encore été lancée aux clubs, FFR et LNR doivent encore plancher sur le projet mais ce dernier avance à grand pas. Il semble pourtant que les freins à la création d’un championnat « National » à douze clubs, soit l’élite du amateur, ont été levés dans l’urgence. Selon la volonté fédérale, il s’agira d’une véritable division avec un système de montées-descentes,  vers la Pro D2 et la Fédérale 1.

Une ultime commission technique s’est tenue lundi entre des représentants de la FFR et de la LNR pour finaliser le règlement sportif. Fédération et Ligue sont d’accord : en fin de saison prochaine, il y aura deux montées du « National » vers la seconde division professionnelle, tout comme il y aura deux relégués en Fédérale 1.

Avec des phases finales

Ce jeudi matin, un ultime rendez-vous était programmé pour régler la question des équipes espoirs de leur championnat respectif. Ce vendredi, le bureau fédéral doit annoncer officiellement la création de ce nouveau championnat qui comportera une phase régulière et des phases finales (vraisemblablement avec des demi-finales et finale). Ensuite, Bernard Laporte prendra contact avec les douze clubs invités.

Les services de la Fédération se sont appuyés sur le classement national de Fédérale 1 au 16 mars (date de l’arrêt prématuré de la compétition). Seuls Saint-Jean-de-Luz et Suresnes se sont déclarés non-candidats à l’obtention d’une invitation, parmi les prétendants possibles. Selon nos informations, et sauf retournement de dernière minute, ils devraient être remplacés par Aubenas-Vals et Bourgoin. Montée à la hâte, cette division porte de nombreux espoirs, permettant de soulager la « pression » qui pesait sur la Fédérale 1 et d’accompagner l’élite du rugby amateur vers le monde professionnel.

Effet domino : une fois le « National » officialisé, les clubs de Fédérale 1 connaîtront vite leur poule...

Les douze probables

Aubenas-Vals, Albi, Blagnac, Bourg-en-Bresse, Bourgoin, Cognac-Saint-Jean-d’Angély, Dax, Dijon, Massy, Narbonne, Nice, Tarbes.

Voir les commentaires (1)
Réagir
Les commentaires (1)
TM1348 Il y a 2 mois Le 29/05/2020 à 10:59

Cette division nationale a provoqué en amont le départ des joueurs des clubs précités. Les caractéristiques de cette poule nationale sont celles ,travestie,de clubs professionnels avec en corollaire des programmes d entrainement complet. Les joueurs engagés dans cette formule sont, engagés ,pour la plupart dans une carriere professionnelle externe. Au moment ou les présidents stigmatisent le manque de trésorerie et professent la baisse des émoluments que vont devenir ces pratiquants tiraillés entre la nécessité d un temps de préparation important et leurs employeurs? Cette division va précipité la création d'un "cluster" économique et peut-être créer la caisse de retraite de joueurs pro non conservés par l elite....comme le signale différents articles du midol. Le rugby n a pas tiré profit du confinement ...du moins dans la forme de ses axes de développement.