Laporte : « Je suis optimiste pour une reprise des matchs en public en septembre »

  • President of the French Rugby Federation (FFR) Bernard LAPORTE during the Six Nations match Tournament between France and England at Stade de France on February 2, 2020 in Paris, France. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Bernard LAPORTE - Stade de France - Paris (France)
    President of the French Rugby Federation (FFR) Bernard LAPORTE during the Six Nations match Tournament between France and England at Stade de France on February 2, 2020 in Paris, France. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Bernard LAPORTE - Stade de France - Paris (France) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le président de la FFR mais aussi numéro 2 de la fédération internationale World Rugby, Bernard Laporte, fait le point sur la phase de reprise de l'activité rugby et de son entretien la semaine passée avec le Premier Ministre Edouard Philippe. 

Que pouvez-vous nous dire sur ce projet de création d’une Coupe du monde sur invitation pour 16 nations qui aurait lieu à l’été 2021 ?

Il y a eu un certain emballement des médias. Ce n’est qu’une simple idée de Francis Baron, un ancien dirigeant de la Fédération anglaise mais qui n’a plus aucun mandat officiel. Tout se discute mais vu le calendrier actuel, cela ne se fera pas. L’été prochain, il y aura à moins d’une nouvelle crise sanitaire, la tournée des Lions britanniques et irlandais en Afrique du Sud et les autres test-matchs prévus, mais pas un Mondial bis sur invitation.

Qu’en est-il de la reprise du rugby ?

D’abord, je tiens à signaler l’excellent travail effectué par notre DTN Didier Retière et son service, ainsi que la commission médicale de la Fédération. Notre plan de reprise de l’activité rugby a été validé par le ministère des Sports dès sa première lecture. Cela peut vous paraître anodin, mais c’est surtout grâce à leur très gros boulot en amont. Je ne vais pas vous mentir, je craignais que la première phase de reprise ne soit possible qu’en septembre, et que le rugby proprement dit, ne puisse être pratiqué que plusieurs semaines après. Cela aurait pu être désastreux pour l’image de notre sport. Il n’en sera rien. Si la conjoncture le permet, et les derniers chiffres fournis par le gouvernement, le laisse à penser, on pourra début juillet s’entraîner presque de manière classique sans aucun danger. Je suis revenu de mon entretien avec le Premier ministre rassuré. Il perçoit l’importance d’une sortie de crise pour notre sport et les sports de contacts et de combat. Il s’est voulu optimiste et pourrait faire des annonces dans ce sens à la mi-juin. La reprise de la pratique du rugby avec contact semble pouvoir se faire dans les toutes prochaines semaines.

Les rencontres pourront-elles se dérouler dans des stades avec du public ?

Là aussi, je suis optimiste pour une reprise des matchs en public en septembre. Les propos que m’a tenus le Premier ministre m’ont rassuré. Le gouvernement devrait annoncer la réouverture des bars, des restaurants et des salles de spectacle rapidement. Quand nous avons évoqué le sujet, le fait que les matchs de rugby se disputent dans des endroits ouverts et pas clos, semblait être un facteur facilitant. Après, on n’aura peut-être pas l’autorisation d’ouvrir les stades à tous les spectateurs, il y aura une limite et c’est bien normal. Mais c’est un vrai premier pas, vers un retour à la normale. Et puis, les compétitions en rugby ne doivent reprendre que dans trois mois, je le répète, je suis raisonnablement optimiste.

Ne va-t-il pas y avoir embouteillage à l’automne dans le calendrier avec les matchs internationaux, la Coupe d’Europe et le Top 14 ?

Tout d’abord, il faut savoir que World Rugby profite du temps qui nous est donné en ce moment, pour essayer d’harmoniser enfin les calendriers notamment des saisons de l’hémisphère Nord et du Sud. C’est un vaste chantier, mais la période sans compétition doit nous permettre certaines avancées. Une réunion de toutes les parties, y compris les Ligues anglaises et françaises va se tenir à la mi-juin. Chacun va pouvoir défendre son point de vue. Après, vous me parlez d’embouteillage pour l’automne. Je crois qu’il nous faut être encore patient. Pourra-t-on effectuer des voyages transcontinentaux en octobre ou en novembre prochain ? Une grosse incertitude pèse pour la venue des nations dites du Sud en Europe. Si elles ne viennent pas, que vont-elles faire ? Et nous ? Il y a une édition 2019 du 6 Nations à terminer, il y a l’hypothèse de matchs entre nations européennes. Si la nouvelle fenêtre internationale comporte six week-ends de matchs, cela laisse les deux premiers d’octobre de libre mais je le répète, pour le moment, il faut encore un peu patienter et voir l’évolution de la situation sanitaire.

La ministre a fait peur au monde du sport en général et du rugby en particulier en indiquant que « sans le vaccin, pas de retour à la normale »

Elle est dans son rôle. La ministre a énoncé des messages de prudence, mais elle et ses équipes travaillent en relation constante avec toutes les fédérations. Il ne faut pas surinterpréter ses propos.

Est-ce que la tenue de matchs internationaux en novembre notamment est vitale pour la FFR ?

Crucial ! Comme toutes les autres fédérations, nous avons besoin de rentrer d’argent, mais mes services travaillent à toutes les éventualités ou scénarios possibles. Ma politique d’aide aux clubs ne sera pas remise en cause, si c’est ce que sous-entend votre question. Après on va voir comment va pouvoir être appliqué la règle de l’article 9 et notamment sur le report des tournées d’été.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir