Bilan des clubs - Perpignan : c’était si bien parti...

  • Bilan des clubs - Perpignan : c’était si bien parti...
    Bilan des clubs - Perpignan : c’était si bien parti... Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Sang et Or, remis de leur brutale relégation, étaient considérés comme les favoris pour la montée. Avant que tout ne s’arrête. Mais la dynamique positive est enclenchée.

Jusqu’au bout, François Rivière aura activement milité pour la reprise de la saison. Par intérêt comme par conviction. "Je pense que l’on ne doit pas renoncer aussi vite au fait qu’il n’y aura pas de montée et qu’il n’y aura pas un Top 15 ou Top 16 la saison prochaine", nous déclarait, fin avril, le président perpignanais, par ailleurs partisan de la "reprise totale du championnat en septembre". En vain…

Pour l’Usap, l’aventure s’est donc arrêtée à la 23e journée. Pour la plus grande frustration de tout le peuple sang et or. Alors à la deuxième place du classement, à une longueur de la surprise Colomiers, les Catalans s’avançaient comme les grands favoris pour la montée, de par leur expérience et leur dynamique du moment : sur les douze dernières journées, ils s’étaient imposés à dix reprises, avec des victoires clés à Soyaux-Angoulême et Biarritz notamment.

Invincibilité conservée à Aimé-Giral

L’attaque des hommes de Christian Lanta était en train d’exploser tous les compteurs avec près de trente pions et 3,5 essais inscrits par rencontre, loin, très loin devant la concurrence. De quoi nourrir un bon paquet de regrets du côté d’Aimé-Giral. Paradoxalement, si la symphonie n’a pu être achevée comme espérée, cette saison 2019-2020 restera très positive pour le club présidé par François Rivière. Car après la saison galère du retour dans l’élite, marquée par vingt-quatre défaites en vingt-six matchs, on pouvait légitimement s’interroger sur la capacité de Tom Ecochard et de ses partenaires à se relever d’une telle mésaventure. Avec un effectif en grande partie conservé et savamment renforcé (Damien Chouly, Piula Fa’asalele, George Tilsley…), l’Usap a su progressivement réenclencher une dynamique positive. Si le début d’exercice a été contrasté (six succès pour cinq revers), la suite a montré le caractère et le potentiel des troupes, autorisant tous les espoirs.

Le plus important ou presque, dans tout ça ? Les supporters sang et or, inévitablement blasés par le chemin de croix de leurs favoris dans l’élite, ont retrouvé le sourire et une équipe intraitable à la maison : en onze réceptions à Aimé-Giral, les hôtes se sont imposés à onze reprises, concédant un seul bonus défensif au passage, à Biarritz. Tous les adversaires sont désormais prévenus : l’Usap est plus que jamais déterminée à retrouver sa place dans l’élite et elle ne manque pas d’arguments pour y parvenir.

Voir les commentaires
Réagir