Phases finales, aides financières et centres de formation : comment fonctionnera la nouvelle division National

  • Les Massicois de Billy Ropiha feront figure de têtes d’affiche du National la saison prochaine.
    Les Massicois de Billy Ropiha feront figure de têtes d’affiche du National la saison prochaine. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Attendues mardi soir, les réponses des clubs invités à participer au futur National ont été transmises en temps et en heure. Ce sont ainsi 14 équipes qui se présenteront sur la ligne de départ en septembre, avec l’ambition assumée d’intégrer le rugby professionnel.

Prévenus de "l’ultimatum" vendredi soir, les 18 clubs invités à participer au National avaient jusqu’à mardi soir pour se prononcer quant à leur participation à ce nouveau championnat, destiné à incarner la passerelle tant rêvée entre les mondes amateur et professionnels. Mais à l’exception du club de Vienne (lire ci-contre) qui a vraiment hésité jusqu’au mardi, les décisions de chacun des clubs sont intervenues assez rapidement. "On a un temps cru que nous aurions 15 réponses positives, ce qui nous aurait obligés à choisir et peut-être à éliminer un club en fonction du classement national, nous confiait dans la semaine un dirigeant fédéral proche du dossier. Mais finalement, mardi soir, on s’est retrouvé à 14. Pour nous, c’est parfait." Vienne ayant en effet refusé, tout comme les "petits Poucets" Saint-Jean-de-Luz, Mauléon ou Trélissac, les participants au National seront ainsi Albi, Massy, Bourg-en-Bresse, Cognac/Saint-Jean-d’Angély, Blagnac, Narbonne, Dijon, Dax, Nice, Tarbes, Suresnes, Aubenas, Bourgoin-Jallieu et Chambéry. Quatorze clubs dont neuf ont déjà goûté à ce Pro D2, et brûlent d’envie d’y revenir…

Deux montées et deux descentes cette saison

Les conditions de la compétition ? Maurice Buzy-Pucheu les avait déjà détaillées dans notre édition de lundi. "La saison prochaine, il y aura deux montées en Pro D2, et deux descentes en Fédérale 1, expliquait le vice-président de la FFR en charge du rugby amateur. Il n’y aura pas non plus de barrage. Après, on verra si on doit procéder à une adaptation, car ce qu’on souhaite en premier lieu, c’est stabiliser cette poule."

Un million d’euros pour les centres de formation

Une stabilisation qui entraînera forcément des investissements pour les clubs, sommés de répondre à certaines exigences, notamment au niveau des centres de formation. À ce titre, l’enveloppe de 1,3 million d’euros promise par la FFR et la LNR devrait être à 80 % destinée au développement des centres de formation de la poule du National, les 20 % restants (soit environ 260 000 euros) étant dévolus au remboursement de certains frais de déplacement, qui concerneront les clubs de Nationale mais aussi de Fédérale 1. De beaux efforts évidemment nécessaires puisque cette saison, les déplacements des équipes réserves du National et de la Fédérale 1 seront couplés à ceux de leurs équipes premières, ce qui impliquera des contraintes sportives autant que financières…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir