Bilan des clubs - Aix-en-Provence : victime d'un trou d'air

  • Bilan des clubs - Aix-en-Provence : victime d'un trou d'air
    Bilan des clubs - Aix-en-Provence : victime d'un trou d'air Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Bien qu’ambitieux, les joueurs de Fabien Cibray se sont montrés bien trop irréguliers pour s’inviter dans la course aux qualifications. Les Aixois doivent désormais franchir un cap.

Au terme d’une saison 2018-2019 au cours de laquelle ils avaient joué à merveille leur rôle de "promus trouble-fêtes", les joueurs de Fabien Cibray savaient que leur statut serait différent et qu’ils seraient davantage attendus. Pas de quoi, pour autant, troubler l’ambition d’un outsider naturel. "Nous avons un effectif qui doit nous permettre de batailler pour les places qualificatives, glissait en ce sens l’expérimenté demi d’ouverture Lachie Munro. On doit avoir l’objectif de terminer dans les six premiers". Les paroles laissaient alors place aux actes, les Aixois s’offraient un début de saison XXL (quatrièmes après cinq journées). Tout un chacun pensait alors que les Provençaux lutteraient pour de bon avec les autres candidats aux phases finales. Sauf qu’une succession de mauvais résultats faisait dégringoler Provence Rugby. L’espoir né de 14 points pris en cinq journées ? Réduit en poussière par 18 petits points grappillés lors des 13 rencontres suivantes. Face à l’urgence de la situation, les dirigeants provençaux choisissaient courant janvier de s’attacher les services de Frédéric Paquet en qualité de "directeur général en charge des affaires sportives", afin de permettre à Fabien Cibray de ne plus avoir qu’à se concentrer sur le sportif. Résultat ? Ses joueurs se remettaient la tête à l’endroit : trois victoires lors des quatre dernières rencontres. De quoi terminer sur une bonne note et redonner du baume au cœur à un groupe qui ne s’est jamais délité, mais surtout l’occasion de se rassurer et de poser les premières pierres d’un troisième exercice consécutif en ProD2 qui s’annonce décisif dans le projet provençal.

Le recrutement d’un ambitieux

Les Provençaux auront désormais à cœur d’asseoir leur position d’outsider du championnat, pour donner du poids à leur projet, dont le club a rappelé les grandes lignes lors d’une lettre ouverte adressée aux supporters fin mai : "Nous nous projetons également avec force sur une reprise la plus immédiate et la plus efficace possible dès que l’orage sera passé, afin de retrouver une ambition sportive intacte : rejoindre, un jour, l’élite du rugby français". Pour ce faire, les ambitieux dirigeants aixois ont décidé de privilégier le qualitatif au quantitatif lors de leur mercato, en faisant notamment signer Théo Belan (centre, 27 ans) qui n’avait jusqu’alors connu que les joutes de l’élite, et le triple champion de France Ludovic Radosavljevic, douze saisons d’expérience en Top14. Provence Rugby a malgré tout assuré l’essentiel en conservant sa place dans l’antichambre de l’élite. La donne est désormais simple, après une difficile confirmation, les Provençaux devront prouver qu’ils ont payé pour apprendre et se donner (enfin) les moyens de combler leur faim de loup.

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir