Carte blanche à Mathieu Blin : « Des hommages à genoux »

  • Des hommages à genoux
    Des hommages à genoux
  • Des hommages à genoux
    Des hommages à genoux
Publié le / Mis à jour le

« C’est un genou à terre que je veux rendre hommage à différentes personnes.

Parler de cette évidence trop souvent tue, celle qui montre combien nous sommes façonnés par nos rencontres et par ce qui se passe autour de nous.

C’est peut-être la paresse, l’ingratitude, l’amnésie, l’ego ou la peur, qui nous font passer à côté de ça, à côté des autres ?

À toi Stéphane de m’avoir amené sur le pré de Saint-Pierre-lès-Nemours quand j’avais 11 ans et d’avoir déclenché un tête à tête passionnel depuis 32 ans durant lequel les KO répétés sont de plus en plus vus, mais entendus et entourés, aussi.

À toi André d’avoir sonné, rue d’Ormesson pour me parer du bleu ciel et blanc et du blazer du Racing Club de France, me donnant l’occasion d’élargir ma famille déjà recomposée, par de nouveaux frères : Mathieu, Matthieu, Chandu.

À toi, Jean, de m’avoir accepté dans ce si beau Sport Etudes du lycée Lakanal. Pôles Frances ou Centres de Formation, restez humbles, nous aussi étions en jogging et faisions de la muscu, mais au contact des autres. Pas dans un bâtiment fermé.

À toi, Daniel d’avoir permis à l’Université d’Orsay d’être un terrain de jeu me permettant de développer mon double projet qui doit urgemment reprendre sa place car il rend meilleur.

À vous, Max, Pep, Dudu et Fred, d’avoir permis à l’équipe Reichel 1999 de devenir championne de France. Il n’en manquait qu’un seul à l’appel lors de notre anniversaire des 20 ans.

À vous, Néné, Chaf, Sylvain, Peter, Bibi, Franck, Steph, de m’avoir accueilli, pris par la main, montré les règles mais surtout appris à prendre le relais et passer le témoin. Mon sang est rose, depuis.

À toi Pierrot pour ce chemin partagé ensemble. Sans l’autre, je ne sais comment ça se serait passé.

À toi Doc et ton staff de m’avoir tenu debout par cette bienveillance et cette écoute si précieuses, alors que les coups faisaient mal.

À vous, camarades de réunions sur l’écriture de la Convention Collective puis autour de la présidence de Provale, de m’avoir apporté le goût de participer au bâtissage de notre rugby.

À toi Alain de m’avoir fait l’honneur de me parachuter sur ces terres agenaises, exemple de territoire ou le stade municipal, Monsieur Armandie, permet le lien social. Il est le trésor qui appartient à toutes les générations depuis des décennies.

À vous Monsieur Serres pour notre conversation peu avant votre départ, vous excusant de ne pas pouvoir répondre à ma proposition car vous ne saviez pas si vous alliez vivre. Le temps suspendu, lorsque j’ai raccroché, m’a fait comprendre que je venais de prendre une leçon de vie, en quelques minutes.

À toi, Canal + de me trimbaler de plateaux en terrains pour contempler tous ces acteurs s’étriper.

À vous les filles d’envahir les pelouses chaussées de crampons et vêtues de short, pour hurler votre légitimité d’être là, chez vous aussi.

À vous Laurent et Olivier, qui portez un drôle de nom, Umanis, de me proposer de replonger dans l’herbe de ce si beau Rugby Club Suresnes.

À vous mes frères d’armes avec et contre qui j’ai joué : Salim, Ibou, la Nyang, Jalil, Basta, Jimmy, Serge, Djibril, Tchale, Karim, je vous présente mes excuses car je sais combien vous avez souffert d’entendre "ces blagues, ces mots ou ces expressions" du quotidien qui étaient "juste pour rire".

À vous, Monsieur Floyd et aux trop nombreux êtres humains privés de vie par notre lâcheté et nos ignorances si fades, si blanches.

Il y a plein de couleurs à travers le monde, mais une seule race, la race humaine.

Il y a plein de familles de rugby à travers les pays, mais qu’un seul ballon, le ballon ovale. 

Midi-Olympique
Voir les commentaires (1)
Réagir
Les commentaires (1)
STaddict Il y a 25 jours Le 18/06/2020 à 11:21

Bravo ! Excellent !