Revue de l'élite - Retière, le roi Arthur des ailiers

  • Retière, le roi Arthur des ailiers
    Retière, le roi Arthur des ailiers Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Au moment où la saison s’est arrêtée, l’ailier du Stade rochelais était en passe de faire mieux que la saison passée au cours de laquelle il avait déjà crevé l’écran. À seulement 22 ans, il a affolé les compteurs et les défenses adverses. Il se pose en légitime prétendant au maillot bleu.

Que son père Didier, l’actuel directeur technique national de la FFR doit être fier ! Quatre ans après ses débuts professionnels avec le Racing 92 (en avril 2016, contre l’UBB), son fils Arthur accède aujourd’hui au trône des ailiers du Top 14 de Midi Olympique. Un titre honorifique amplement mérité pour le facteur X du Stade rochelais qui, avant que la pandémie de coronavirus ne vienne interrompre le championnat, était parti pour faire la meilleure saison de sa carrière.

Arrivé au club maritime en 2016, le (très) jeune Arthur a franchi un véritable cap la saison dernière, en devenant l’un des piliers de la ligne d’attaque rochelaise, en signant pas moins de 23 apparitions pour 21 titularisations en Top 14, pour 7 essais marqués. Un score déjà plus qu’honorable, que l’intenable ailier avait déjà battu au moment de l’arrêt du championnat, avec 8 réalisations pour 13 apparitions dont 12 comme titulaire, avec toujours la même omniprésence sur la scène européenne, mais cette fois en Champions Cup (4/4).

Talent précoce

Une montée en puissance déjà spectaculaire pour un garçon qui n’a, rappelons-le, que 22 ans mais s’apprête à vivre sa sixième saison avec les pros. Passé par toutes les équipes de France jeunes, et même l’équipe de France à VII, Arthur Retière est une véritable pile électrique sur un terrain. Débordant d’énergie et de volonté, il lui faut toucher des ballons. Beaucoup de ballons. Voilà pourquoi son repositionnement sur le côté fermé de l’aile lui va si bien : car c’est un poste qui lui permet d’intervenir où il veut et quand il veut dans la ligne.

Retière, le roi Arthur des ailiers
Retière, le roi Arthur des ailiers - Icon Sport

Son ancien entraîneur des trois-quarts, Xavier Garbajosa aujourd’hui à Montpellier avait très bien senti ce besoin de dépense d’énergie et lui avait donné ce rôle d’électron libre qui lui va si bien. Ancien demi de mêlée de formation, le jeune Retière dépanne toujours à l’arrière mais se trouve aujourd’hui fixé à l’aile, pour le plus grand bonheur des supporters rochelais devant qui il a marqué sept de ses huit essais en Top 14 cette saison.

À quand en Bleu ?

Certes, Arthur Retière n’a pas encore reçu les honneurs d’une sélection nationale. Déjà suivi par Jacques Brunel avant le Mondial qui avait couché son nom sur une liste de 65 joueurs, il a été à nouveau appelé par Fabien Gatlhié pour pallier la blessure d’un autre espoir français au poste, Lester Etien. Son heure n’est pas encore venue, mais elle ne saurait tarder. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la qualité de ses poursuivants au classement : le phénomène argentin de l’UBB Santiago Cordero (avec qui, on le reconnaît, il fut difficile à départager), le Tricolore Vincent Rattez, la révélation du Stade français Lester Etien, ou encore l’excellent Juan Imhoff dont on ne comprend toujours pas pourquoi il est boudé par le sélectionneur argentin Mario Ledesma.

Bref, Arthur Retière ne mesure peut-être qu’un mètre soixante-dix sur la toise, mais il fait déjà partie des grands ailiers de ce Top 14.

Voir les commentaires
Réagir