Fédérale 1, mode d’emploi

  • Fédérale 1
    Fédérale 1 Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Annoncées mardi, les poules de Fédérale 1 déboucheront sur un mode de qualification en deux temps, les deux premiers se voyant directement qualifiés en huitièmes de finale tandis que les clubs classés 3 à 6 passeront par des barrages sur les terrains des mieux classés.

Elles étaient attendues, les voilà officielles depuis mardi et leur divulgation en avant-première sur notre site rugbyrama.fr. Après la création du championnat Nationale qui constituera la passerelle entre les mondes professionnels et amateurs, restait en effet à composer le championnat de Fédérale 1, qui se disputera à quarante-cinq ou quarante-six clubs (lire ci-dessous) répartis entre quatre poules. Une poule 1 plutôt "Nord-Ouest" qui s’étendra de Marcq-en-Barœul à Marmande en passant par Rennes ou Trélissac, une poule 2 "Grand Est" qui ira de Châteaurenard à Mâcon, et deux poules plus sudistes dont la 3 penchera à l’est et la 4 vers l’ouest, cette dernière contenant douze clubs au lieu des onze prévus initialement, à laquelle fut finalement ajouté le club de Lombez-Samatan.

Concernant les modalités de qualifications ? Elles seront plus ou moins les mêmes qu’à l’étage supérieur, les deux premiers de chaque poule étant directement qualifiés pour les huitièmes de finale (qui se disputeront, comme les quarts, en matchs aller-retour), tandis que les clubs classés troisièmes à sixièmes s’affronteront en barrages secs disputés sur le terrain du mieux classé (3 contre 6, 4 contre 5). Les demi-finales et la finale se disputeront également en match sec, mais sur terrain neutre, les deux participants à cette dernière étant invités à rejoindre le National en 2021-2022. À condition bien sûr de satisfaire aux obligations administratives requises puisque si tel n’était pas le cas, ce sont les clubs de l’étage supérieur qui seraient sauvés.

Cinq relégations prévues

Enfin, concernant les relégations ? Celles-ci seront évidemment à géométrie variable… Ainsi, on devrait compter deux relégués dans la poule 4 (la seule qui comporte actuellement douze clubs), tandis que seuls les derniers des poules 1, 2 et 3 seront rétrogradés. Cinq descentes qui seront compensées par huit montées émanant de la Fédérale 2, de façon à ce que la Fédérale 1 trouve dès 2021-2022 son rythme de croisière à quarante-huit clubs. Sachant qu’un ajustement à ce règlement pourrait être prévu en cas de maintien sur tapis vert de Nantes, qui impliquerait fatalement une relégation de moins… De quoi imaginer (pure hypothèse) un barrage pour le maintien des avant-derniers des poules 1 et 4 ? On n’en est pas encore là, mais il semble pour tout dire difficile d’imaginer une issue moins équitable…

Réponse le 24 juin pour le Stade nantais 

Relégué administrativement par la FFR en Fédérale 3 où il est jusqu’à nouvel ordre inscrit dans la poule 15, le Stade nantais a fait appel de la décision de la DNACG et s’est pourvu devant le Tribunal administratif du sport, où il doit justifier une ardoise liée notamment à un dépassement des indemnités kilométriques. Le débours de trésorerie s’élève à 250 000 € quand le montant de l’endettement atteint les 750 000 €, ce qui ne semble pas effrayer le nouvel homme fort du club Philippe Saulnier, entrepreneur issu de l’industrie pharmaceutique appelé à devenir président de la future SAS. L’audience au TAS est attendue pour le 24 juin tandis qu’un comité directeur de la FFR, prévu le 3 juillet, devra entériner ou non le maintien des Ligériens en Fédérale 1. Auquel cas, le club intégrerait la poule 1, qui passerait à douze clubs.

Voir les commentaires
Réagir