Vers une baisse du salary cap... et la création d'un « marquee player » ?

  • Laurent Marti (Président de Bordeaux)
    Laurent Marti (Président de Bordeaux) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Récemment, les clubs anglais sont tombés d’accord sur le fait que le salary cap de la Premiership, aujourd’hui estimé à 7 millions d’euros par entité, puisse être ramené à 6 millions d’euros au coup d’envoi de la saison 2020-2021.

De l’autre côté de la Manche, des discussions entourent également les masses salariales des clubs français. Selon nos informations, celles-ci pourraient être, dès la saison 2021-2022, baissées de 11,3 millions d’euros à 9,3 millions d’euros, un affaissement qui serait néanmoins compensé par l’apparition d’un "marquee player", ce joueur phare dont le salaire (le plus souvent exorbitant ) est quant à lui extrait de la masse salariale de l’employeur.

Cette proposition, portée par le président de l’Union Bordeaux-Bègles Laurent Marti, a la vent en poupe dans l’Hexagone, à tel point que la réforme aurait dernièrement reçu une quasi unanimité auprès des clubs professionnels de Top 14 et Pro D2. Sera-t-elle prochainement validée par le comité directeur de la Ligue Nationale de Rugby ? C’est une possibilité, en effet. "Nous ne sommes encore qu’au stade des négociations, nous confiait mercredi matin un président de club. Mais le projet prend forme, c’est certain."

Provale validera-t-il la réforme ?

Puisqu’il est ici question d’une baisse importante du plafond salarial, une question s’impose : comment les clubs vont-il parvenir à économiser 2 millions d’euros sur des masses salariales déjà au bord de l’implosion ? L’équation est simple et consiste, en fait, en une réduction des salaires déjà entamée depuis le début de la crise sanitaire, à la réduction significative des contrats professionnels (de quarante à trente, par exemple) et à la régulation des rémunérations des Jiff, dont les montants avaient parfois frisé le ridicule, ces dernières années. Reste à savoir si une telle mesure, qui placerait nécessairement nombre de rugbymen professionnels au chômage, sera validée par le syndicat Provale...

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir