Économie : lettre ouverte et accord financier

  • Frédéric Michalak (Lyon
    Frédéric Michalak (Lyon Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Lancée à la hâte, il restait à la fédération française de rugby à trouver, rapidement, de quoi soutenir financièrement la nouvelle division tampon entre les mondes professionnel et amateur. L'ex-petit génie des terrains Frédéric Michalak s'est alors mué en redoutable communiquant.

La FFR a-t-elle profité d’un instant de faiblesse de la LNR pour obtenir un co-financement de la toute nouvelle division Nationale ? La question s’impose. Évidemment, rien ne s’est fait sans heurt. Dans un premier temps, la Ligue a opposé une fin de non-recevoir a la proposition fédérale. Une réponse en lien direct avec la situation économique de la LNR en raison de la crise du Covid-19. Pour rappel, Paul Goze avait annoncé quelques jours plus tôt la souscription d’un emprunt de 15 millions d’euros afin d’assurer la pérennité de la LNR. Bref, on vous laisse imaginer l’âpreté des discussions...

La Ligue cède

Chacun a avancé ses pions durant des échanges parfois houleux. À la veille d’une réunion décisive entre les deux institutions, Frédéric Michalak, accessoirement actionnaire principal de Blagnac (Fédérale 1) candidat déclaré à l’époque à cette Nationale, publiait une lettre ouverte sur les réseaux sociaux, une missive au fil de laquelle l’un des ambassadeurs de France 2023, historiquement proche de Bernard Laporte, regrettait que « les clubs pros » refusent de prendre en charge une partie de la compétition. Une opération adroitement menée. Jusquelà, la LNR n’avait fait qu’un petit pas en direction de la FFR en acceptant éventuellement de verser un quart de la somme nécessaire à la mise en place de cette compétition. L’enjeu, pour les élus fédéraux, était donc d’obtenir un financement à parts égales des 1,3 million d’euros budgétisé. Soit 675 000 euros pour chacune des deux institutions.

Finalement, mardi dernier, la FFR a annoncé officiellement la création de la Nationale , division tremplin entre la Fédérale 1 amateur et le Pro D2, avec quatorze équipes pour la première édition en 2020-2021. Paul Goze a fini par céder. Un camouflet pour la Ligue ? Mercredi, dans l’intimité de la réunion des présidents de clubs, Paul Goze a expliqué son point de vue. « Messieurs, je parle ici en mon nom : à moi, Paul Goze, la confrontation (avec la FFR) ne m’aurait pas déplu. Mais je ne suis pas la pour faire des choix personnels. Je suis la pour défendre les intérêts généraux de la Ligue et je crois que la majorité des clubs n’auraient pas été pour qu’on se lance dans une nouvelle procédure contre la fédé, surtout dans la difficile période que nous traversons. L’enjeu n’en valait pas la chandelle. Nous avons donc trouvé cet arrangement avec la FFR. » Un mal pour un bien. À moins que ce ne soit l’inverse...

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir