Quels soutiens financiers pour Bouscatel à la tête de l'ASBH ?

  • René Bouscatel
    René Bouscatel Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Dans les heures qui ont suivi l’annonce de l’arrivée de René Bouscatel à la tête de l’ASBh, les plus folles rumeurs ont circulé sur ses soutiens...

Pour l’instant, le maire de Béziers Robert Ménard est formel : " Je n’ai pas entendu parler d’un projet sportif ni financier du côté de la direction actuelle." à très court terme, il faudra pourtant que le projet de relance de l’ASBH, porté par le duo Bouscatel-Angelotti présente de solides garanties financières. Comme chaque année ou presque, le club héraultais est attendu au tournant par la DNACG et devra, pour passer le cut de cet été 2020 et rester en Pro D2, combler un important déficit. De quelle ampleur ? Selon les versions, entre 2 et 5 millions d’euros. Qui, alors, pour mettre au pot ? Il ne faudra plus compter sur la mairie. "Tant que je serai maire, il n’y aura plus d’augmentation d’aides", a assuré Robert Ménard, mercredi. Plus sûrement, ce sont des investisseurs extérieurs qui sont attendus dans le sillon de Bouscatel. Des investisseurs qui tardent à se faire connaître.

Fiducial et Lorenzetti, folles rumeurs...

Dans les heures qui ont immédiatement suivi l’annonce d’un projet interne et la présidence à venir de René Bouscatel, le nom de Fiducial est ressorti du chapeau. Logique : l’entreprise d’expertise comptable, déjà implantée au Stade toulousain, avait cherché à gagner en influence et, si possible, devenir actionnaire principal du club champion de France. C’était en 2017, au lendemain du départ de Bouscatel. Ce projet toulousain, Bouscatel l’avait d’ailleurs soutenu, pour sa succession. Avant l’émergence du projet porté par Didier Lacroix.

Alors, Fiducial viendrait-il pour réussir à Béziers ce qu’il n’a pas réussi à faire à Toulouse ? Contactés, les représentants de l’entreprise dans le rugby démentent.

Le lendemain (mercredi), une deuxième piste revenait avec insistance dans les différentes sphères du rugby français : dans l’ombre de Bouscatel se cacherait Jacky Lorenzetti, très proche de l’ancien président toulousain, ami de Pierre-Louis Angelotti (ils ont d’ailleurs le même avocat) mais aussi de Paul Goze, lequel verrait d’un mauvais œil le rachat de l’ASBH par des investisseurs émiratis. à la tête de sa holding Ovalto, le président du Racing 92 a sous la main suffisamment d’entreprises pour investir l’une d’elles dans un second projet rugbystique. Contacté jeudi matin à ce sujet, Lorenzetti a toutefois démenti ce qu’il a qualifié de "pur fantasme. Qu’on ne m’emmerde pas avec cette histoire de Béizers, j’ai assez de choses à gérer de mon côté". Si bien que le mystère reste entier…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir