Bilan des clubs - Plus de peur que de mal pour Castres

  • Mauricio Reggiardo inquiet devant un CO qu’il a fallu remodéliser.
    Mauricio Reggiardo inquiet devant un CO qu’il a fallu remodéliser. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le CO s’est retrouvé à lutter pour son maintien, avec un effectif en fin de cycle et un staff remanié. L’essentiel est sauf et tous les changements de l’été augurent un possible renouveau.

« Tous ceux qui se sont assis sur le banc du CO avant moi on fait grandir ce club. (...) C’est à mon tour maintenant de le faire grandir. » En s’asseyant de nouveau sur le banc du Castres olympique l’été dernier, Mauricio Reggiardo était pleinement conscient de l’héritage à assumer et de la responsabilité pesant sur ses épaules. à court terme, la tâche du technicien ne paraissait pas aisée : il devait imposer sa marque de fabrique à un effectif rompu à la méthode Urios et maintenir cette équipe dans le haut du championnat malgré des adversaires au recrutement ronflant.

Les craintes des supporters tarnais se sont confirmées : l’exercice 2019-2020 aura été particulièrement éprouvant et peu enthousiasmant pour Mauricio Reggiardo et ses troupes. Dès la première rencontre, le CO a souffert avec une victoire obtenue au forceps contre Montpellier (26-25). Après trois défaites consécutives, le champion de France 2018 frôlait encore la correctionnelle contre Agen (30-27). Au bout de cinq journées, soit dès la fin septembre, Mathieu Babillot et ses partenaires ont mentalement dû se préparer à lutter pour leur maintien. Il leur a manqué de la constance, de maîtrise et un soupçon de talent individuel pour espérer mieux. Dans cette quête, ils auront en tout cas montré du caractère comme lors de ce nouveau succès miraculeux devant Brive début novembre (28-26) ou encore lors du rendez-vous de tous les dangers à Armandie début février (24-43).

Remobilisation générale

Au moment de l’interruption du Top 14, les Castrais se trouvaient d’ailleurs sur une dynamique encourageante, restant sur deux succès et une courte défaite chez le leader bordelais. En mode sauvetage, Mauricio Reggiardo et ses hommes avaient su se mobiliser. Comme quatre ans plus tôt, quand l’ancien pilier, dépêché à la hâte, avait réussi une improbable opération survie : « Nous sommes tous derrière le même objectif, celui de sauver le club et de le maintenir », évoquait le technicien argentin après la dernière journée. Avec sept longueurs d’avance sur le SUALG, barragiste, son équipe, finalement classée neuvième à huit points des places qualificatives, s’était ouverte toute seule la voie d’un maintien finalement validé sur tapis vert.

Cette édition 2019-2020 aura été celle de la transition pour un CO à la croisée des chemins, entre l’installation d’un nouveau staff, remanié en cours de route par l’arrivée de Joe Worsley, et la fin d’un cycle en interne, avec de nombreux cadres arrivant en fin de parcours. La saison prochaine marquera un véritable nouveau départ pour les Tarnais et leur manager Mauricio Reggiardo, désormais doté d’un effectif façonné par sa main. L’Argentin pourra alors véritablement espérer mener à bien sa mission : « faire grandir » son club de cœur.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir