Revue de l'élite - Alldritt, symbole du renouveau

  • Dans ce classement qui fait la part belle aux joueurs étrangers - seuls deux Français et un international tricolore Antonie Claassen, sud-africain de naissance y figurent - le lauréat ne pouvait être que Grégory Alldritt.
    Dans ce classement qui fait la part belle aux joueurs étrangers - seuls deux Français et un international tricolore Antonie Claassen, sud-africain de naissance y figurent - le lauréat ne pouvait être que Grégory Alldritt. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Dans ce classement qui fait la part belle aux joueurs étrangers - seuls deux Français et un international tricolore Antonie Claassen, sud-africain de naissance y figurent - le lauréat ne pouvait être que Grégory Alldritt.

Les mauvaises langues diront toujours qu’il ne compte que 160 minutes de Top 14 avec le Stade rochelais. Mais le joueur a pris une telle dimension au niveau international que la première place du podium ne pouvait lui échapper. En un temps record, il s’est imposé au cœur de la colonne vertébrale du XV de France. Flash-back. Le 14 mai 2017, l’Auscitain, 20 ans, devient avec Auch champion de France de Fédérale 1B, consacrant la meilleure équipe… réserve de Fédérale 1 (3e division). Moins de deux plus tard, il honore sa première sélection lors du Tournoi des 6 Nations 2019 face au pays de Galles. Sa première titularisation, toujours dans ce Tournoi pré-Mondial, contre l’Ecosse, il la ponctue de deux essais. Résultat : très vite il surclasse l’expérimenté Louis Picamoles lors de la Coupe du monde au Japon, s’imposant en homme de base de Jacques Brunel. Un exemple ? Le quart de finale contre le pays de Galles, c’est lui qui le débute. Personne d’autre. Et sans aucune surprise au regard de ses performances lors des matchs de poule.

Et que dire de ses prestations dans le Tournoi 2020 ? Un seul mot : titanesques. Par deux fois, il est élu homme du match. D’abord, lors de la victoire probante face à l’Angleterre. Ce jour-là, il est aux quatre coins du terrain, réalise 100 % au plaquage (17/17) et marque l’adversaire de son empreinte. Ensuite, dans une rencontre plus laborieuse, moins chiadée, face à l’Italie. Mais Alldritt répond présent et inscrit, pour l’anecdote, un essai. Face aux Transalpins, il est le joueur qui avance le plus ballon en main. À la faveur de 20 courses, le troisième ligne parcourt 149 mètres. Une évidence s’impose : Alldritt a le profil idoine pour le jeu prôné par le nouveau sélectionneur Fabien Galthié. Solide à l’impact, gros défenseur, mais aussi mobile, intelligent et avec de "bonnes mains". Idéal pour faire avancer son équipe. Sa complicité avec le demi de mêlée Antoine Dupont, formé lui aussi au FC Auch, n’y est pas étrangère. Pour les Bleus, l’association de ces deux joueurs à des postes clé dans la transmission entre avants et trois-quarts est précieuse.

Avec son club, au cœur d’une saison tronquée d’abord à cause de la Coupe du monde au Japon, ensuite par l’arrêt des compétitions liée à la crise du covid-19, il n’a certes pas eu beaucoup de temps de jeu. Mais chacune de ses sorties se sont déroulées dans la droite lignée de ses performances sous le maillot tricolore. Et malgré son nouveau statut international, le Rochelais reste à l’écoute de son partenaire Victor Vito, 33 sélections avec les Blacks et double champion du monde. Il apprend. Toujours. Sérieux. Appliqué. Exigeant. Et en toute humilité. À seulement 23 ans, Grégory Alldritt représente évidemment l’avenir du Stade rochelais à son poste. Mais aussi en équipe de France. Le Mondial 2023, à domicile, lui semble promis. Mais le jeune homme est discret, la tête bien posée sur les épaules. Lui ne veut pas se projeter si loin, l’humilité toujours bien accrochée en bandoulière.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir