Ralepelle suspendu 8 ans

  • Pieter-Steph du Toit with Chiliboy Ralepelle of South Africa during the 2018 Castle Lager Incoming Series 3rd Test match between South Africa and England at Newlands Rugby Stadium,Cape Town,South Africa. 23,06,2018 Photo: Steve Haag / Icon Sport
    Pieter-Steph du Toit with Chiliboy Ralepelle of South Africa during the 2018 Castle Lager Incoming Series 3rd Test match between South Africa and England at Newlands Rugby Stadium,Cape Town,South Africa. 23,06,2018 Photo: Steve Haag / Icon Sport Steeve Haag / Icon Sport - Steeve Haag / Icon Sport
Publié le

Passé par Toulouse, où son contrat avait été rompu après un deuxième contrôle positif, le talonneur springbok a été pris une troisième fois pour dopage.

Le talonneur sud-africain Chiliboy Ralepelle (33 ans), testé positif à une substance interdite, à savoir l’anabolisant Zeranol, a écopé d’une lourde sanction. Comme officialisé en ce milieu de semaine, le joueur a été suspendu huit ans à la suite de ce contrôle qui date de 2019 et qui avait été effectué hors des périodes de compétition. Il faut dire que c’est la troisième fois que l’international springbok (25 sélections entre 2006 et 2018, avec notamment une participation à la Coupe du monde 2011) est contrôlé positif. La première remonte à 2010 et c’était à la méthylhexanamine (il avait été disculpé par la Fédération sud-africaine à l’époque). Ensuite, en 2014, Ralepelle fut de nouveau pris par la patrouille alors qu’il portait le maillot du Stade toulousain, pour un taux cette fois trop élevé de drostanolone. Pour rappel, l’ancien pensionnaire des Bulls, arrivé à Ernest-Wallon en 2013, avait vu son contrat rompu par les dirigeants toulousains en février 2015 en raison de ce deuxième contrôle positif, après avoir disputé seize matchs toutes compétitions confondues avec le club français.

Il peut encore faire appel

L’intéressé dispose désormais de 21 jours pour faire appel de cette décision prise par l’institut pour un sport sud-africain sans dopage (SAIDFS). Membre de l’effectif des Sharks, l’intéressé pourrait chercher à contester la punition qui lui a été infligée, surtout qu’il avait déclaré dans les médias sud-africains l’an dernier, au lendemain de l’annonce de ce troisième contrôle positif : "Le test au Zeranol est une nouvelle fausse accusation contre moi, que je réfute." Si la sanction était confirmée, le premier capitaine noir des Boks (en 2006, pour un match contre une sélection mondiale) devrait certainement dire adieu au rugby professionnel.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?