Revue de l'élite - Ollivon, la tête des JIFF

  • Charles Ollivon of Toulon during the Top 14 match between Castres and Toulon on May 25, 2019 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport)
    Charles Ollivon of Toulon during the Top 14 match between Castres and Toulon on May 25, 2019 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Dans un classement des flankers qui ne compte que des joueurs français, preuve que le poste dispose de nombreuses ressources pour la sélection, il est finalement logique de retrouver le néo-capitaine des Bleus, qui a pris une nouvelle dimension depuis la Coupe du monde japonaise.

Les mots étaient signés Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France, au lendemain du dernier Tournoi des 6 Nations dans ces colonnes : "Il a été très bien. Il a été grand, Charles." Le patron des Bleus évoquait évidemment Ollivon, qu’il avait nommé nouveau capitaine des Bleus pour la compétition. Une fonction intérimaire dans un premier temps, selon les dires du staff, lequel se donnait l’opportunité au travers cette expérience de tester les aptitudes de leader du Varois. Il faut avouer que l’ancien demi de mêlée international était tombé sous le charme du troisième ligne lors de la Coupe du monde au Japon, lorsqu’il était encore un adjoint pas tout à fait comme les autres. Dans son esprit, l’idée d’en faire son futur cadre avait vite germé. Pas forcément étonnant, tant Ollivon s’était imposé comme un élément incontournable de cette équipe de France lors de l’aventure nipponne. Revenu de l’enfer après ses blessures et rechutes au dos, il relevait déjà du miracle de le retrouver parmi les réservistes dans la première liste de Jacques Brunel. Mais sa fraîcheur physique et mentale justement, autant que son talent qui n’était plus à prouver depuis plusieurs années, fut un atout indéniable pour lui pendant la préparation. à tel point qu’il a épaté son monde aux entraînements et en match. Résultat ? Le pensionnaire du RCT était titulaire au Mondial sans que personne ne trouve rien à y redire. Et Ollivon a été excellent dans le jeu, crédité notamment d’une prestation XXL en quart de finale contre le pays de Galles. Mais Galthié, malgré le manque de vécu international du garçon, avait également décelé chez lui cette faculté à être un moteur en dehors du terrain.

Son capitanat sera reconduit

Avec l’assurance qui est la sienne, le Toulonnais ne s’est pas laissé dévorer par la pression et l’attente grandissante autour de lui, une fois que tous les regards furent braqués sur sa personne. Avec le retrait de ce qui fut appelé (avec sévérité) la génération maudite des Guirado, Picamoles, Lauret, Machenaud, Médard, Huget et autres, la relève devait prendre le pouvoir. Et celui-ci était entre les mains d’Ollivon. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a assuré et rassuré. D’abord sur la pelouse, comme à son habitude. Au cœur d’une troisième ligne aussi complémentaire que séduisante, avec François Cros et Grégory Alldritt, lui a fait des étincelles, comme en attestent ses 4 essais en quatre rendez-vous lors du Tournoi.

Charles OLLIVON of France during the Six Nations match between Wales and France on February 22, 2020 in Cardiff, United Kingdom. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Charles OLLIVON - Millennium Stadium - Cardiff (Pays de Galles)
Charles OLLIVON of France during the Six Nations match between Wales and France on February 22, 2020 in Cardiff, United Kingdom. (Photo by Dave Winter/Icon Sport) - Charles OLLIVON - Millennium Stadium - Cardiff (Pays de Galles) - Icon Sport - Icon Sport

Mais, bien au-delà, l’intéressé s’est aussi - et peut-être même surtout - illustré dans la vie du groupe en habitant très rapidement la fonction. Depuis la fin précipitée de la compétition en raison de la crise du coronavirus, tous les joueurs et techniciens du XV de France n’ont eu de cesse de répéter combien Ollivon avait été précieux et irréprochable dans les rapports humains. Certes, il lui faudra encore certainement du temps pour totalement maîtriser les contours d’un rôle chronophage qui en a épuisé plus d’un mais lui a déjà montré qu’il avait l’étoffe d’un grand capitaine. Au vu des dernières déclarations des décideurs, il ne fait d’ailleurs plus aucun doute qu’il sera reconduit. En sélection, comme en club, Charles Ollivon porte désormais de nombreux espoirs sur ses épaules.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir