Laporte conforté par son budget voté à 77%

  • Le trésorier de la Fédération Alexandre Martinez s’est félicité du vote du budget à 77% pour la saison prochaine.
    Le trésorier de la Fédération Alexandre Martinez s’est félicité du vote du budget à 77% pour la saison prochaine. FFR / Isabelle Picarel / FFR
Publié le / Mis à jour le

À moins de trois mois des élections à la présidence de la FFR, Bernard Laporte, toujours pas officiellement candidat à sa succession, a reçu un fort soutien de la part des clubs. Ces derniers ayant largement approuvé le budget 2020-2021, pourtant déficitaire en raison du plan de relance.

L’enjeu était de taille. À moins de trois mois des élections à la présidence de la FFR, la 150e assemblée générale de la Fédération devait se prononcer samedi matin sur le budget de la saison 2020-2021 incluant une partie du plan de relance initié par Bernard Laporte en raison de la pandémie de Covid-19. Un lourd sujet de discorde entre l’opposition et la gouvernance actuelle censée offrir une tendance pour l’échéance électorale. Un premier point de passage ayant valeur de sondage entre Florian Grill, seul candidat officiellement déclaré, et Bernard Laporte, futur probable candidat à sa succession, soucieux de rester concentré sur la mission de son mandat "jusqu’au bout", a-t-il insisté, .

Et force est de reconnaître que Bernard Laporte est sorti conforté par le vote des clubs. Ces derniers ont approuvé le budget pour la saison 2020-2021, pourtant déficitaire à hauteur de 5,6 millions d’euros en raison du plan d’aide aux clubs fragilisés par la pandémie de Covid-19. Un vote offrant à Laporte et son équipe un score très large avec 77 % des votants sur 61 % de clubs représentés. "Comme Laporte et son équipe ont entretenu un flou entre le vote du budget et le vote du plan de relance, le résultat est logique, souligne Florian Grill, candidat de l’opposition à la présidence de la FFR. Durant l’AG, le trésorier Alexandre Martinez a clairement dit que la mise en place du plan de relance était tributaire du vote du budget. Or c’est faux. Mais qu’importe, nous sommes plutôt satisfaits que 22 % des clubs se soient prononcés contre et qu’ils aient posé de nombreuses questions."

Pour rappel, l’an dernier lors de l’AG financière du 7 décembre à Clermont-Ferrand, les clubs avaient voté à 33,37 % contre l’arrêté des comptes 2018-2019, l’opposition se faisant fort de transformer ce chiffre en une victoire. À juste titre. Seulement, l’AG de ce samedi marque une régression des idées de Florian Grill sur la question budgétaire, même si ce dernier assure qu’il n’avait pas fait de ce vote un objectif.

L’effet du plan de relance ?

Évidemment, le plan de relance à hauteur de 35 millions a convaincu de nombreux clubs de voter en faveur de ce budget 2020-2021. "Ce budget embarque une composante du plan de relance à hauteur de 8,1 millions d’euros, n’a pas manqué de souligner le trésorier Alexandre Martinez avant d’affirmer, qu’il aurait été positif à hauteur de 2,470 millions sans ce plan-là." Un argument massue pour de nombreux votants. Ce qui n’a pas empêché les clubs de poser de nombreuses questions par écrit. Peut-être même plus que lors d’une AG en présentiel. Et le trésorier Martinez d’expliquer, en réponse à une question de Florian Grill, avoir pris en considération un maintien de la tournée de novembre dans son budget avec "des chiffres très réalistes" tant pour les recettes de billetteries que pour les droits TV. Il a aussi précisé ne pas avoir intégré un éventuel futur accord avec le fonds d’investissement CVC au niveau du Tournoi des 6 Nations. Enfin, il a été contraint de répondre aux inquiétudes de certains clubs après la révélation par le journal Le Monde tard vendredi soir de la condamnation de la FFR dans l’affaire qui l’opposait aux collectivités concernées par l’arrêt brutal du projet "Grand Stade". Une condamnation à verser 3,36 millions d’euros. "C’est une mauvaise et une bonne nouvelle, a affirmé Alexandre Martinez. L’amende est très faible au regard des sommes réclamées. Et nous avions provisionné sur l’exercice 2017-2018 une somme de 2,5 millions d’euros dans la perspective d’une éventuelle condamnation." Autant d’arguments qui ont visiblement convaincu les clubs français. à voir les visages de l’équipe fédérale autour de Bernard Laporte, lors de la proclamation des votes, le soulagement se mêlait à la satisfaction.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir