Saga Oyonnax - La stabilité de son effectif prônée

  • Arrivé à l'été 2019 en provenance de Castres, Yohan Le Bourhis sera encore le numéro 10 d'Oyonnax cette saison
    Arrivé à l'été 2019 en provenance de Castres, Yohan Le Bourhis sera encore le numéro 10 d'Oyonnax cette saison Icon Sport
Publié le

Quatrième au classement du Pro D2 avant l'interruption du championnat, Oyonnax va miser sur la continuité en vue de la saison prochaine. Pas de recrue clinquante, mais des prolongations importantes dans un effectif déjà très fourni.

Arrières > On prend les mêmes et on recommence ! L’ancien arrière du Stade français Tony Ensor a séduit la saison dernière par ses qualités de contre-attaquant et sa propension à prendre des initiatives profil peu commun au sein de la ligne de trois-quarts oyonnaxienne. Mais Joffrey Michel demeure une valeur sûre dans un profil plus "classique", ainsi qu’en attestent ses quinze titularisations la saison dernière. À noter qu’en cas de besoin extrême, les ouvreurs Le Bourhis et Lionel Beauxis peuvent également dépanner.

Ailiers > Déjà présents au club la saison dernière, le tonique Tim Giresse, aux appuis dévastateurs, et le solide Aurélien Callendret, excellent finisseur, partiront en position de favoris pour les places de titulaire, même si le jeune fidjien Adrian Sanday (qui a connu sa première titularisation en février à Colomiers) aspire à engranger davantage de temps de jeu. Toutefois, les trois hommes devront faire face à une nouvelle concurrence en la personne d’une dernière recrue, qui arrivera pour remplacer Dug Codjo dans le même profil de puncheur.

Centres > Au poste de deuxième centre, le toujours efficace Pedro Bettencourt s’est imposé comme le véritable régulateur de la ligne de défense. Un "indispensable" aux côtés duquel l’ancien Parisien Théo Millet a imposé son physique et ses belles prédispositions offensives, tandis que le toujours jeune Gabiriele Lovobalavu a prouvé à chacune de ses apparitions qu’il pouvait être bien mieux qu’une doublure. Derrière ce trio, le jeune Antoine Zeghdar poursuivra son apprentissage et espérera obtenir encore un peu plus de temps de jeu, après avoir honoré sa première titularisation la saison dernière.

Ouvreurs > Le tandem de la saison dernière se partagera encore une fois le temps de jeu. Meilleur réalisateur du championnat de Pro D2, Yohan Le Bourhis part évidemment avec une longueur d’avance mais devra toutefois se méfier de la concurrence de Lionel Beauxis, longtemps blessé la saison dernière, et qui souhaitera forcément réaliser une grande saison pour son probable dernier tour de piste au niveau professionnel.

Demi de mêlée > Arrivé de Clermont pour pallier le départ de Julien Audy, Charlie Cassang fait figure de prétendant naturel au poste de titulaire, lui qui souhaitera relancer sa carrière après être longtemps joué les utilités derrière Morgan Parra et Greig Laidlaw. Toutefois, "l’ancien" de la maison Jérémy Gondrand ne sera pas de nature à s’en laisser compter, dont l’influence sur ses avants et la vista ne sont pas les moindres atouts. Le poste sera complété comme la saison dernière par le jeune Ilan El Khattabi.

Numéros 8 > Incontestable titulaire la saison dernière, Rory Grice partira évidemment avec une grosse longueur d’avance sur Thibault Tauleigne, dont le staff attend néanmoins beaucoup plus cette saison. En cas de besoin, Joshua Tyrell peut également dépanner.

Troisième ligne aile > Il faudra évidemment compter en premier lieu sur les indéboulonnables leaders que demeurent Bilel Taïeb et Valentin Ursache, qui se partageront le rôle de capitaine. Toutefois, le champion du monde juniors Sacha Zegueur voudra logiquement trouver une place plus importante dans la rotation, tout comme Etienne Herjean et Loïc Credoz. Une dernière recrue, également susceptible de dépanner au poste de numéro 8, devrait quant à elle être annoncée sous peu.

Deuxième ligne > Aucun changement n’est à attendre non plus à ce poste. Phœnix Battye et Thibault Lassalle s’avancent ainsi en valeurs sûres tandis que, dans le sillage de sa Coupe du monde réussie avec l’Uruguay, Manuel Leindekar semble avoir pris une nouvelle dimension la saison dernière. Joshua Tyrell sera le quatrième larron à un poste où peut éventuellement reculer le capitaine Ursache.

Piliers > C’est évidemment tout relatif, mais le poste de pilier est bien celui qui aura connu le plus de remaniements au sein de l’effectif oyonnaxien. Les départs de Hoani Tui, Mihaï Lazar et Blaise Dumas ont en effet été compensés par deux arrivées celle du sanguin Géorgien de Clermont Beqa Kakabadze au poste de pilier gauche, et du Sud-Africain Frans Van Wyk qui débarquera des Lions de Johannesburg à la place de Marc Clerc (lire ci-dessus). Toutefois, ces nouveaux joueurs ne partent absolument pas dans la peau de titulaires certains… En effet, à gauche, Kakabadze aura fort à faire pour se débarrasser de la concurrence de Tommy Raynaud et de l’ancien columérin Adrien Bordenave, tandis que sur le flanc droit de la mêlée, le Géorgien Irakli Mirtshkulava et l’ancien international moins de 20 ans Thomas Laclayat seront encore très difficiles à bouger. Au sens propre comme au figuré…

Talonneurs > Meilleurs marqueurs d’essais du club la saison dernière, le Néo-Zélandais Quentin MacDonald et le bigourdan Benjamin Geledan se partageront cette année encore le poste de titulaire, challengés par le jeune Teddy Durand-Pradère, en qui Joe El Abd place beaucoup d’espoirs. Meilleur lanceur, MacDonald est en revanche légèrement inférieur en mêlée fermée à Geledan. Le rapport de force entre les deux hommes dépendant donc étroitement du profil de l’adversaire, et de la stratégie de l’USO.

Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?