Saga Toulouse - Le socle de l'effectif reste inchangé

  • L'effectif du Stade toulousain reste quasiment le même pour la saison 2020-2021. Voici ce à quoi il faut s'attendre pour la reprise de la compétition.  L'effectif du Stade toulousain reste quasiment le même pour la saison 2020-2021. Voici ce à quoi il faut s'attendre pour la reprise de la compétition. 
    L'effectif du Stade toulousain reste quasiment le même pour la saison 2020-2021. Voici ce à quoi il faut s'attendre pour la reprise de la compétition.  Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L'effectif du Stade toulousain reste quasiment le même pour la saison 2020-2021. Voici ce à quoi il faut s'attendre pour la reprise de la compétition. 

Arrières

Essentiellement utilisé en 15, et s’il peut dépanner à l’ouverture, Thomas Ramos est désormais un cadre. Buteur attitré, il reste un relanceur et un attaquant hors pair. S’il est le plus souvent aligné à l’aile, Maxime Médard reste une assurance. Excellent sous les ballons hauts et rassurant grâce à son pied gauche, il demeure encore un atout offensif de poids. Kolbe, champion de France à ce poste en 2019, est bien plus qu’un recours, et Lebel est un arrière de formation.

Ailiers

Par ses appuis, sa vitesse, sa défense et son sens du jeu, Cheslin Kolbe est l’un des meilleurs joueurs du monde à l’heure actuelle. Une aubaine pour le Top 14 et Toulouse. Yoann Huget, auteur d’un doublé en finale en 2019, est toujours une valeur sûre au plus haut niveau. Matthis Lebel ne cesse de progresser depuis deux ans et devrait avoir l’occasion de le prouver. Arthur Bonneval, finisseur ultra précieux, s’est malheureusement rompu le tendon d’Achille et sera indisponible au moins six mois. Prêté au Stade montois après le Mondial, Maxime Marty avait bénéficié de temps de jeu en début de saison et laissé entrevoir quelques promesses. À lui de confirmer. Médard et Tauzin pourraient être aussi régulièrement positionnés à l’aile.

Centres

Auteur d’un exercice 2018-2019 exceptionnel, Sofiane Guitoune s’est imposé comme le régulateur de la ligne de trois-quarts et un des patrons du vestiaire. Son association avec Pita Ahki est très complémentaire, lui qui, dans un profil complet, répond tout le temps présent. Pour concurrencer le Néo-Zélandais, Pierre Fouyssac, débarrassé de ses ennuis physiques, espère enchaîner et montrer toutes ses qualités, dont celle de fixer les défenses. Lucas Tauzin, impressionnant physiquement, possède une immense marge de progression et pourrait être davantage fixé au centre cette saison. Romain Ntamack, dans un rôle de premier centre, peut évidemment glisser à ce poste, comme le polyvalent Zack Holmes. Dimitri Delibes et Simon Renda tenteront de gratter quelques minutes.

Ouvreurs

Titulaire du poste en équipe de France, Romain Ntamack, aligné plutôt au centre en club jusque-là, n’a pas caché sa volonté de s’installer à l’ouverture désormais. Joueur précoce au possible, à la palette infinie, son association avec Dupont plaide en sa faveur. Si le même Dupont ou Ramos ont aussi évolué en numéro 10, l’autre chef d’orchestre n’est autre que Zack Holmes. Accélérateur de jeu hors normes, il ne lui manque que de briller dans les grands rendez-vous pour définitivement marquer le club de son empreinte. Le jeune Retière cherchera à emmagasiner de l’expérience.

Demi de mêlée

Antoine Dupont est incontournable. Facteur X, il possède cette faculté unique à casser les lignes mais il a aussi évolué dans la gestion du jeu, au point de s’imposer comme l’un des meilleurs demis de mêlée de la planète. Pour compenser le départ de Bézy, Toulouse a misé sur l’ancien Rochelais Alexi Balès qui apportera son vécu et profitera des départs en sélection de son concurrent pour avoir une place de choix. Baptiste Germain, qui arrive de l’Union Bordeaux-Bègles, et Théo Idjellidaine, considérés comme deux grandes promesses du poste, vont continuer à apprendre.

Numéros 8

Jerome Kaino est un compétiteur unique. Quand la majorité des joueurs de son âge sont à la retraite, il demeure irréprochable dans un groupe où il amène son influence su sein du vestiaire autant que sa précision sur le terrain. Depuis deux ans, il permet aussi à Selevasio Tolofua de grandir. À chaque apparition, ce dernier démontre qu’il était un perforateur extraordinaire, capable de malmener n’importe quelle défense et de faire jouer derrière lui.

Troisième ligne aile

François Cros, devenu indispensable en équipe de France, est le prototype du flanker qui sait tout faire. Propre et inspiré, il est le genre de joueur qui met toujours de l’huile dans les rouages. Le pendant idéal de Rynhardt Elstadt, considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du monde. Excellent dans les rucks, le Springbok est capable de marquer physiquement ses adversaires. À leurs côtés, Alban Placines, auteur de quelques prestations majuscules la saison passée, ne cesse de monter en puissance. Sa force de pénétration peut l’amener à bousculer la hiérarchie. Idem pour Antoine Miquel, dont le profil correspond à l’ADN toulousain dans un rôle plus coureur et aérien, qui devrait trouver davantage de temps de jeu. Après avoir prolongé pour une saison, Louis-Benoît Madaule, exemplaire et apprécié de tous, devrait rendre de fiers services. Thibaut Hamonou et Yannick Youyoutte sont de vrais espoirs.

Deuxième ligne

Joe Tekori est un leader charismatique. Toujours aussi performant malgré ses bientôt 37 ans, il montre constamment la voie et reste un danger permanent pour les équipes adverses, même si le staff cherchera à l’économiser un peu. Il aura ainsi l’occasion de tourner avec les jumeaux australiens : Rory Arnold, arrivé après la Coupe du monde, a pris ses marques et veut prouver qu’il est un des deuxième ligne les plus redoutés du monde, quand Richie Arnold, après un aller-retour aux Yamaha Jubilo à qui il appartenait, est revenu à Ernest-Wallon où il n’avait laissé que de bons souvenirs. Le départ de nombreux joueurs dans ce secteur va offrir à Emmanuel Meafou de totalement éclore. Aperçu l’an passé, le colossal Australien a la confiance du staff. Et Joshua Brennan pourrait se montrer.

Piliers

À droite, Charlie Faumuina est un homme de base. Le All Black sait tout faire. Dorian Aldegheri, vite revenu à son meilleur niveau après sa grave blessure, est davantage qu’une doublure. Paulo Tafili, qui a montré qu’on pouvait compter sur lui, est maintenant le numéro 3. Paul Mallez va pointer le nez. À gauche, Cyril Baille est une référence internationale, solide en mêlée et à l’aise dans le jeu. Clément Castets, bluffant par son activité et sa fiabilité sur les bases, est tellement plus qu’un recours. Rodrige Neti et David Ainu’u sont là pour assurer la rotation.

Talonneurs

À peine revenu, de blessure, Julien Marchand était déjà au sommet. Le capitaine, dont l’apport est énorme, est de la trempe des très grands. Comme peut définitivement le devenir Peato Mauvaka qui, après une ascension express, a choisi de rester au club alors qu’il était dragué de toutes parts. Derrière ce duo magistral, Guillaume Marchand offre de nombreux gages d’assurance et va encore prendre de la bouteille. Guillaume Cramont aura aussi son mot à dire.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?