Bilan des clubs - Soyaux-Angoulême en progression constante

  • Dorian Jones (Soyaux-Angoulême)
    Dorian Jones (Soyaux-Angoulême) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Aux portes du top 6, le SA XV a fait sa plus belle saison en Pro D2 et veut voir encore plus haut.

Depuis qu’il a rejoint le Pro D2, en 2015, Soyaux-Angoulême n’a cessé de monter en puissance. Treizième pour ses deux premières saisons, neuvième l’an passé, voilà que le SA XV a terminé cet exercice aux portes du top six, avec un match en moins. Naturellement, la satisfaction est de mise en Charente et le sentiment du devoir accompli est bel et bien présent chez Adrien Buononato et son staff, pour la première année à la tête de l’équipe. "Le bilan est plutôt positif. C’est la meilleure place jamais enregistrée par le club depuis son accession en Pro D2. C’est satisfaisant", estime le manager.

Capables de bien s’exporter, ce qui était une des volontés du nouveau staff, les Violets ont su glaner vingt points hors de Chanzy avec trois victoires, deux nuls et trois bonus défensifs. À domicile, en revanche, les Angoumoisins ont eu plus de mal et ces derniers se sont inclinés à trois reprises, le problème étant que ces défaites ont été concédées face à des concurrents directs pour le top 6 (Grenoble, Perpignan, Oyonnax). "Je ne dis pas que nous aurions dû finir devant au classement mais sur un match, nous devons être capables de les battre. Il faut vraiment que l’on travaille là-dessus", reprend l’ancien talonneur.

Si le SA XV a su tirer son épingle du jeu, il le doit probablement à une défense bien en place. D’ailleurs, cette saison, Soyaux-Angoulême fut la troisième meilleure équipe en termes d’essais encaissés (34) derrière Oyonnax (33) et Béziers (31). "Un des autres points positifs, c’est notre capacité à tenir le ballon. Nous marquons 25 % de nos essais sur contre-attaque et nous sommes l’équipe qui inscrit le plus d’essais après dix temps de jeu. Mais en revanche, notre conquête en touche a été déplorable. Nous sommes la pire équipe de Pro D2 dans ce secteur et c’était pourtant notre rampe de lancement principale puisque dans notre équipe, un essai sur deux arrive après une touche."

Coletta le patron, Belzons le précieux…

Au rayon des joueurs qui ont brillé, on retiendra qu’une nouvelle fois, le capitaine indiscutable Anthony Coletta a bien honoré son brassard. Le deuxième ligne, utilisé vingt et une fois, a été précieux pour son équipe. Son compère Paul Belzons, aussi, ne fut pas en reste et avec 4 essais, l’ancien Narbonnais a convaincu. Derrière, les finisseurs Iban Etcheverry et Pierre Lafitte ont su être décisifs près de la ligne et, à eux deux, ont inscrit un quart des essais du groupe (onze sur quarante et un). Si Coletta défendra désormais les couleurs de Colomiers, les autres seront toujours en Charente l’an prochain et ils tenteront d’accrocher ce top 6 qui leur tendait les bras, avant la crise sanitaire…

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir