Béziers : Clap de fin pour les repreneurs

  • Pierre-Olivier Valaize, à gauche, et Cédric Bistué, à droite, ont préparé un plan B.
    Pierre-Olivier Valaize, à gauche, et Cédric Bistué, à droite, ont préparé un plan B.
Publié le / Mis à jour le

Si la DNACG a octroyé un ultime délai aux possibles repreneurs de Béziers, sa décision devrait tomber en début de semaine. Selon nos informations, ce week-end, le pessimisme était de mise, et l’ancienne équipe devrait rester aux commandes.

Qu’y a-t-il de vraiment certain concernant Béziers ? La DNACG, l’instance par laquelle passera inévitablement la consécration d’un projet flambant neuf ou le maintien d’une équipe en place, n’est pas vraiment convaincue par les documents transmis par le consortium franco-emirati et a donné aux investisseurs du Golfe jusqu’à jeudi pour réunir les garanties bancaires nécessaires à une entrée en Pro D2 : en clair, le gendarme financier veut être certaine que la somme promise par Samir Ben Romdhane et ses associés a bel et bien atterri sur un compte domicilié en France. Selon nos informations, ces derniers ont transmis à la DNACG une lettre de confort de 20 millions de dollars, émanant d’une banque de Hong Kong. Cela aurait suscité de nouveaux doutes sur la viabilité du plan de reprise.

Du côté du camp des investisseurs du Golfe, on nous soufflait même ce week-end que Christophe Dominici, l’un des porteurs du projet, s’était personnellement engagé, pour faire avancer les négociations, à racheter une partie de "Passion Ovalie", la holding qui détient une grande partie des parts de l’ASBH. Depuis le début des négociations, celle-ci reste le point d’achoppement majeur entre les deux parties, le camp emirati la considérant d’ailleurs comme "le bâton merdeux de l’histoire", pour reprendre le terme utilisé vendredi dernier par une source proche du dossier. Contacté par nos soins samedi, Pierre-Olivier Valaize et Cédric Bistué n’ont, une nouvelle fois, pas daigné répondre.

Un projet d’atterrissage modeste, mais béton

Aussi réticents soient-ils à répondre à nos appels, ceux-ci pourraient donc rester en place si la DNACG refusait son droit d’entrée au projet de rachat des emirati. La décision doit tomber en début de semaine. Pour une source proche de la LNR, ce sera dès ce lundi. De fait, Valaize, Bistué et Pierre-Louis Angelotti ont monté en parallèle ce qu’il convient d’appeler "un projet d’atterrissage", qui a déjà été présenté à la DNACG. Ledit budget présente une masse salariale à la baisse mais il permettrait bel et bien au club de rester en Pro D2 et d’éviter à la FFR de trouver à la hâte un candidat à la montée en deuxième division.

Angelotti, Valaize et Bistué ont d’ailleurs contacté plusieurs sponsors potentiels afin de savoir si ceux-ci étaient susceptibles d’aider le club ou pas. Mohed Altrad en fait-il partie ? C’est ce que disent les plus folles rumeurs du côté de Béziers. L’intéressé, lui, n’a pas répondu à nos sollicitations. Après des mois de folie, le feuilleton s’arrêtera quoi qu’il en soit "au plus tard mercredi midi", selon nos informations.

Voir les commentaires (2)
Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (2)
hommageanoves Il y a 27 jours Le 13/07/2020 à 09:32

@Armagnol D'accord avec toi mon gars,mais je suis certains que Montpellier Hérault Rugby,et Altrad n'est pas étranger aux décisions=Montpellier 34000,et Béziers 34...?Depuis les anciennes gloires,et aujourd'hui ils ont fait quoi l'équipe actuelle?Rien au contraire elle prépare la Fédérale=un coup de la FFR. Dommage vu mon age je m'étais mis a rêver du bon vouloir de notre talent Rugby Christophe Dominici.

Armagnol Il y a 27 jours Le 13/07/2020 à 07:41

avec ces dirigeants magouilleurs l'ASBH est promise à la fédérale à court terme.