Saga Toulon - Une inhabituelle stabilité de l'effectif

  • À Toulon, une inhabituelle stabilité de l'effectif
    À Toulon, une inhabituelle stabilité de l'effectif Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Arrières > Arrivé en cours d’exercice, Ramiro Moyano s’est rapidement imposé comme un joueur important : solide dans les airs, intelligent en défense et opportuniste en attaque, l’international argentin devrait continuer à avoir du temps de jeu sur la rade. De son côté, le polyvalent Bryce Heem, devrait avoir la confiance du staff tant à l’arrière, qu’au centre ou à l’aile. Enfin, le grand espoir pour le triangle d’attaque se nomme Erwan Dridi. Décisif lors de la seule rencontre de Top 14 à laquelle il a pris part, l‘international U20 tentera de gagner du temps de jeu. Notons que s’il a davantage été utilisé à l’aile, Gervais Cordin pourrait rendre de fiers services au staff varois.

Ailiers > S’ils ont souvent été contraints de jongler entre les blessures et les internationaux, Patrice Collazo et son staff pourront cette saison compter sur une multitude de talents aux ailes : de l’irréprochable Daniel Ikpefan, au talentueux Gervais Cordin (aux portes de l’équipe de France et qui voudra confirmer les promesses d’une première saison plus qu’accomplie), en passant par le prometteur Gabin Villière et le précieux Masivesi Dakuwaqa, le staff aura l’embarras du choix. Rayan Rebbadj, Kalani Robert, Simon Moretti, mais également William Beaudon tenteront de s’inviter dans la hiérarchie.

Centres > Arrivé à l’intersaison 2019, Julien Hériteau s’est imposé comme un premier choix pour le staff toulonnais. Que ce soit en 12 ou en 13, l’ancien Agenais devrait continuer sur sa lancée. Toulon pourra également compter sur sa recrue phare : Isaia Toeava, qui excelle en numéro 13 ou encore sur le talentueux Duncan Paia’aua, revenu d’une rupture du tendon d’Achille. De son côté, Théo Dachary voudra continuer de grandir, lui qui a montré de belles dispositions la saison passée. Enfin, s’il préfère évoluer en 10, Anthony Belleau pourrait également faire les beaux jours du RCT au poste de premier centre, lui qui s’est toujours montré à son avantage en position de cinq-huitième.

Ouvreurs > Souvent alignés ensemble en 10-12, Louis Carbonel et Anthony Belleau seront une saison encore les deux maîtres à jouer du RCT. Et si le premier s’est montré précieux dans sa capacité à casser des lignes, à mener sa défense, à faire la bonne passe et qu’il a énormément progressé dans la gestion des rencontres, le second n’est pas en reste, et s’est avéré indispensable tant par son sens du jeu que par sa réussite face aux perches. Qui de "Carbo" ou de "Belitcho" enchaînera à l’ouverture ? Il y a fort à parier que le staff fera le choix… de ne pas choisir, et leur offre une précieuse alternance ; si ce n’est pas de nouvelles associations au cœur de l’attaque varoise.

Demi de mêlée > Invaincu (!) depuis qu’il a rejoint le RCT, Baptiste Serin est devenu le Monsieur plus du club varois. Aussi précieux de par sa vitesse, sa vista, son sens du jeu que son jeu au pied d’orfèvre, l’international tricolore devrait avoir la totale confiance du staff. Dans un profil très différent, Sonatane Takulua tentera d’apporter son expérience. Revenu fin janvier d’une rupture des ligaments croisés du genou, Anthony Méric a rapidement retrouvé de très bonnes dispositions et a ainsi obtenu une précieuse prolongation de contrat (+1), qui devrait lui permettre de prouver que le plus dur est désormais derrière lui. William Beaudon tentera de grappiller du temps de jeu.

Numéros 8 > S’il avait un temps imaginé finir sa carrière en fin de saison passée, Sergio Parisse a finalement accepté la prolongation de contrat du RCT. Plaqueur insatiable, porteur émérite et indispensable dans la vie de groupe, la légende italienne semble avoir retrouvé ses jambes de 20 ans. Parfois brillant, Facundo Isa devra gagner en régularité s’il veut bousculer le géant italien.

Troisième ligne aile > Concernant les flankers, Charles Ollivon et Raphaël Lakafia ont affiché toute la saison passée un niveau de performance qui les rends "indiscutables". Capable d’évoluer avec autant d’aisance en deuxième comme en troisième ligne, Swan Rebbadj pourrait bien jouer les trouble-fêtes, tout comme Thomas Hoarau et Julien Ory qui n’ont jamais déçu lorsque le staff a fait appel à leurs services. Matteo Le Corvec pourrait être l’une des surprises de la saison.

Deuxième ligne > Capable d’évoluer à gauche comme à droite de la mêlée, de lire les touches adverses, de traverser le terrain comme de distribuer des timbres électriques, Eben Etzebeth semble être indispensable au bon équilibre du RCT. Mais qui accompagnera le génial champion du monde ? Le surpuissant Romain Taofifenua, très en vue en 2019-2020 ? L’ultra-régulier Brian Alainu’uese ? Le voltigeur Swan Rebbadj, joueur le plus utilisé la saison passée par le club varois ? La recrue Thomas Jolmes ? Et pourquoi pas l’ultra-talentueux Matthias Halagahu dont certains disent le plus grand bien sûr la rade ? Une chose est sûre, le staff toulonnais devrait avoir l’embarras du choix.

Piliers > À droite, Beka Gigashvili s’est imposé comme l’excellente surprise la saison passée. Inamovible en mêlée, précieux au sol et irréprochable dans le jeu courant, l’international géorgien tentera de confirmer les promesses de sa première saison sur la rade. Bousculé, Emerick Setiano aura à cœur de prendre sa revanche. Arrivé de Rennes, Jérémy Boyadjis découvrira quant à lui le Top 14, et souhaitera montrer que le RCT ne s’est pas trompé en pariant sur lui. Enfin Luka Tchelidze tentera de poursuivre son apprentissage du haut niveau. À gauche, Jean-Baptiste Gros voudra confirmer sa saison XXL, qui l’a vu passer de double champion du monde U20 à international tricolore. Le grand espoir du rugby français à gauche pourra une saison encore s’appuyer sur l’expérience de Sébastien Taofifenua et Florian Fresia, pour continuer d’acquérir les vices du poste et les attentes du très haut niveau. Bruce Devaux, jamais décevant, devrait également avoir son mot à dire.

Talonneurs > Coupé dans son élan par une fracture du tibia-péroné, l’indispensable Anthony Étrillard aura sans nul doute à cœur de rapidement retrouver les terrains. Arrivé à l’été 2019, Christopher Tolofua a parfois été repris de volée par Patrice Collazo qui a affirmé "attendre plus" de son talonneur international. De son côté, Bastien Soury tentera de bousculer ses deux aînés, lui qui a énormément joué mais souvent été utilisé comme impact player (18 matchs, une titularisation la saison passée). Enfin le champion du monde U20, Théo Lachaud essayera d’aller chercher ses premières minutes en "pro".

Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir