Tastet : « Je n’avais pas prévu ça ! »

  • Julien Tastet - Entraîneur.
    Julien Tastet - Entraîneur. SMR. / SMR.
Publié le / Mis à jour le

Après quatorze ans de carrière, le Montois de toujours est passé de l’autre côté de la barrière. Il nous donne ses impressions sur ses premières semaines de coaching.

Étiez-vous préparé dans votre esprit à votre nomination, en plein confinement en compagnie d’un autre néophyte, Rémi Talès ?

Non, ce n’était pas prévu, en tout cas pas avant la fin de mon contrat de joueur, soit en 2021 ou 2022. Ce n’était une envie de ma part. J’ai même demandé un temps de réflexion car cela signifiait que ma carrière s’était terminée à Rouen début mars, dans l’anonymat alors que j’avais rêvé d’adieux à domicile devant ma famille et mes amis. De ce point de vue, ce fut dur à encaisser mais j’ai accepté car je me suis dit que ce genre d’opportunité ne se présenterait pas deux fois.

Quel fut l’aspect le plus difficile de votre nouvelle fonction ?

Ce fut de formaliser un projet de jeu en rédigeant un document. Je l’avais déjà fait pour des cadets mais ce n’était pas aussi fouillé bien sûr. Là, il a fallu penser à tous les détails, même les plus petits, car on dit que c’est ça qui fait la différence à ce niveau.

Quels sont les techniciens références pour vous ?

Tous les entraîneurs m’ont apporté quelque chose mais c’est vrai que je citerais le duo Prosper-Dalmaso, Christophe Laussucq mais aussi Régis Sonnes avec qui j’ai des relations privilégiées. Je les ai appelés, j’ai pris des informations auprès d’eux.

La façon de parler à ceux qui étaient vos coéquipiers il y a encore quelques mois, n’est-ce pas ça qui fut le plus dur ?

À cause de la crise sanitaire liée à la Covid-19, nous avons repris par petits groupes et cela nous a facilité les choses. Ce fut finalement très formateur pour nous. La reprise collective il y a quelques semaines fut bien plus aisée et les joueurs se sont tous très bien comportés.

Quels ont été vos premiers axes de travail ?

Pendant les trois premières semaines, nous avons travaillé la défense, ce sera notre socle. Nous sommes passés ensuite aux schémas offensifs.

Qu’est ce qui vous a le plus frappé dans l’évolution du jeu depuis vos débuts chez les professionnels ?

J’ai vu les choses évoluer, notamment la redistribution sur la largeur, en défense comme en attaque. Mais désormais, tout le monde fait à peu près la même chose. Ce qui m’a étonné récemment, c’est l’agressivité de certaines montées défensives, la rush défense de l’UBB par exemple. Je suis impressionné aussi par la technique individuelle des joueurs. On voit des piliers faire des passes difficiles par exemple avec peu d’espace et peu de temps pour ça. 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir