La jauge à 5000 inquiète les supporters

  • Les supporters attendent surtout de connaître le protocole qui sera imposé dans les stades pour la reprise, avant de prendre position.
    Les supporters attendent surtout de connaître le protocole qui sera imposé dans les stades pour la reprise, avant de prendre position. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les supporters attendent surtout de connaître le protocole qui sera imposé dans les stades pour la reprise, avant de prendre position.

Ils sont comme les joueurs : impatients de retrouver le parfum de la compétition, l’ambiance d’un stade un jour de match, la convivialité des tribunes. L’enthousiasme était grand chez les supporters au début de l’été.

Quelques semaines plus tard, alors que la reprise approche, ils ont bien compris que le retour au stade n’aurait rien à voir avec ce qu’ils ont connu. Franck Lemann, membre du bureau de la Fédération Française des Supporters de Rugby (FFSR) en est bien conscient :

« La jauge à 5000 supporters ne va pas vraiment impacter le rugby du 15 au 31 août, puisqu’il y a rarement plus de 5000 supporters lors des matchs amicaux. En revanche, on attend les mesures préconisées par la LNR pour la reprise du Top 14. On se demande comment ça va se passer et pour l’instant, nous avons peu d’éléments de réponse, même si nous avons une petite idée du protocole. Et il est certain que nous avons une certaine appréhension, dans un climat qui n’est déjà pas bon cet été pour les supporters : la programmation d’un match le dimanche soir est une grande inquiétude, tout comme la querelle actuelle entre la Ligue et la FFR. On pourrait arriver à être privé des internationaux pendant la moitié de la saison, donc ce n’est pas la même chose pour un supporter qui hésite à prendre un abonnement. Tout cela n’envoie pas des signaux positifs autour du rugby. »

« Nous serons prêts à respecter les nouvelles consignes »

La possibilité de demander des dérogations pour aller au-delà de la jauge à 5000 est néanmoins une lueur d’espoir, chez les supporters, pour espérer que les stades ne sonnent pas complètement creux à la reprise. « On n’espère que des dérogations vont être accordées, poursuit Franck Lemann. Mais on ne voit pas comment ça va être possible dans certaines villes. » Président du club des supporters du Virage des Dieux à Paris, il doute fort que le préfet prenne le risque d’augmenter considérablement la jauge avec un voisin comme le PSG, ouvrant la voie à un assouplissement dans le monde du football, chose actuellement redoutée par les autorités.

« Il va falloir regarder comment ça se passe du 15 au 31 août et attendre les premiers retours. C’est très flou mais il faut espérer que la jauge saute à partir du 1er septembre. Ce serait un soulagement, même s’il faut garder à l’esprit que la Ligue va mettre un nouveau protocole pour la reprise qui permettrait à tout le monde de venir au stade en sécurité. Nous serons prêts à respecter toutes les nouvelles consignes nécessaires. »

Dernier espoir après le 31 août : que le gouvernement révise à la hausse la jauge actuelle. « En autorisant la présence de 20 000 spectateurs dans les stades, le rugby ne serait plus concerné. Cela arrangerait beaucoup de clubs sportifs. Reste que les trois ou quatre plus puissants clubs de football de France se sentiraient alors lésés. »

Midi Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir