Saga Bayonne - Germain, l'atout confiance

  • Après deux ans à Grenoble, Gaëtan Germain va découvrir un cinquième club professionnel dans la cité bayonnaise.
    Après deux ans à Grenoble, Gaëtan Germain va découvrir un cinquième club professionnel dans la cité bayonnaise. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Arrière réputé pour son jeu au pied et sa fiabilité face aux perches, il débarque au Pays basque où il compte bien amener de l’assurance à une équipe encore jeune.

À 30 ans, Gaëtan Germain fait partie de ce qu’on appelle, dans le jargon, une valeur sûre du championnat. Sur le circuit professionnel depuis maintenant dix ans, il a défendu tour à tour les couleurs de Bourgoin, du Racing, de Brive ou de Grenoble. Dans les Hauts-de-Seine, il a disputé la H Cup, a ferraillé dur pour le maintien en Corrèze ou en Isère et, au fil des saisons, s’est construit une solide réputation de buteur fiable et joueur efficace dans le jeu d’occupation. Ce dernier aspect est, d’ailleurs, non négligeable quand on sait qu’il pleut une bonne partie de l’hiver au Pays basque. Voilà donc ce que l’Aviron est allé chercher en le recrutant pour les deux prochaines années. "Au début, je devais prolonger à Grenoble, raconte aujourd’hui le principal intéressé. Les négociations ne se sont pas très bien passées et à partir du mois de décembre, j’ai regardé ce qui pouvait se proposer. Je suis alors rentré en contact avec Bayonne, qui faisait un bon début de saison et qui reste un club qui renvoie une superbe image. La ferveur présente là-bas m’attirait. Yannick Bru m’a dit qu’il cherchait des mecs d’expérience et qu’avec mes qualités de jeu au pied, je pourrais servir au groupe."

Nous devrons faire preuve d’une grande solidarité

Au Pays basque, où il y débarque en terre quasi-inconnue, le natif de Romans-sur-Isère a néanmoins retrouvé une vieille connaissance : Romain Barthélémy, avec qui il avait effectué une année au Pôle France en 2008-2009. Rapidement intégré au collectif, Germain espère guider ses nouveaux coéquipiers dans la course au maintien, un championnat à part qu’il connaît bien pour l’avoir souvent disputé avec le CAB ou le FCG dans le passé. "Ce combat, quand on arrive à le gagner, ne procure vraiment que du bonheur confie celui qui fut meilleur réalisateur du Top 14 en 2013-2014. Je l’ai souvent vécu avec Brive et lorsque nous arrivions à nous maintenir à la dernière journée, c’était supersympa. Pour y parvenir avec l’Aviron, nous devrons faire preuve d’une grande solidarité."

Signe du destin, les Bayonnais affronteront leurs amis brivistes à Amédée-Domenech pour la première journée du championnat et ce sera peut-être l’occasion, pour Germain de retrouver un stade qu’il a foulé pendant cinq saisons. À ce sujet, il conclut : "Quand j’ai vu le calendrier sortir, je l’ai remarqué, oui. C’est sûr que c’est un match qui me tient à cœur. Après, je me suis fait une déchirure au mollet la semaine dernière et je suis loin d’être sûr d’être remis à temps pour cette rencontre."

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir