Saga Castres - Le CO entame un nouveau cycle

  • Après une année de transition Mauricio Reggiardo et ses hommes espèrent retrouver la première moitie du tableau. Photos Icon Sport.
    Après une année de transition Mauricio Reggiardo et ses hommes espèrent retrouver la première moitie du tableau. Photos Icon Sport.
Publié le

Interrompu par la crise du coronavirus dans son redressement opéré après un début de saison très décevant, le castres olympique s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire avec un effectif rajeuni, renforcé et revanchard.

Le Castres olympique est en reconquête. Comme il l’était il y a quelques mois, au moment où le championnat était brusquement stoppé par la crise du coronavirus. Comme il l’était lors des trois derniers matchs de la saison dernière (victoire à Agen, puis contre Pau, et bonus défensif à l’UBB) après un humiliant 0-27 asséné par le Racing 92 à Pierre-Fabre. Un sombre épisode que les Castrais ont toujours en mémoire. Tant le flanker Baptiste Delaporte (lire ci-dessous) que le manager Mauricio Reggiardo : "Nous avons commencé à rectifier le tir à partir du mois de décembre. Nous avions enfin trouvé le bon fonctionnement. Avant cela, je crois que nous n’avions pas assez respecté et entretenu certaines valeurs de ce club. Cela nous a rappelé que ces valeurs ne sont jamais acquises, qu’il faut les entretenir en permanence." Le CO a fait son mea-culpa. Il est désormais prêt à reprendre le combat.

Reggiardo : "Le groupe avait besoin de renouveau"

Il s’est remis en ordre de marche, mais avec un contingent largement renouvelé. À l’intersaison, l’effectif du CO a connu seize départs, et pas des moindres : Christophe Samson, Alex Tulou, Robbie Ebersohn, Karena Wihongi, Ludovic Radosavljevic, Jody Jenneker, Taylor Paris, Julien Caminati ou Camille Gérondeau pour ne citer qu’eux. Sans oublier le départ à la retraite de la légende vivante du club, Rodrigo Capo Ortega, qui reste toutefois très présent au quotidien de par sa nouvelle mission d’ambassadeur (lire ci-contre). Wihongi, pour sa part, est devenu entraîneur des cadets du CO. "Le groupe avait besoin de renouveau. Nous avons choisi de miser sur des joueurs à très fort potentiel", explique le manager Mauricio Reggiardo. Entendez-là de jeunes, voire très jeunes, joueurs qui, malgré leur âge, possèdent une solide expérience du monde pro : citons le talonneur Barlot (23 ans, en provenance de Colomiers), la troisième ligne Kornath (23 ans, Montpellier), l’ailier Guillemin (22 ans, Toulon), ou le demi de mêlée uruguayen Arata, qui compte à 23 ans pas moins de 43 sélections avec los Teros. À moindre échelle mais avec tout autant de potentiel on trouve la deuxième ligne Vanverberghe (19 ans, Toulon) qui fut champion du monde avec les moins de 20 ans français, ainsi que le deuxième ligne sud-africain Ryno Pieterse (21 ans), aligné à trois reprises avec les Bulls en Super Rugby l’année dernière.

À ces jeunes joueurs s’ajoutent des valeurs sûres des championnats majeurs comme Tyler Ardron (Super Rugby), Stéphane Onambélé (Top 14) ou Semi Kunatani, de retour en France après une Coupe du monde correcte au Japon et deux saisons aux Harlequins : "Semi possède un profil qui nous manquait dans l’effectif" assure l’entraîneur des avants Pierre-Henry Broncan. "C’est un électron libre, capable de faire des différences autour des rucks et au large. Il faut lui laisser de la liberté. Il peut nous apporter des choses intéressantes."

Babillot retrouve ses galons, soutenu par trois vice-capitaines

Sur le papier donc, l’effectif castrais version 2020-2021 a fière allure. Surtout, il est varié : "Nous possédons des joueurs aux profils très différents aux mêmes postes. À droite, nous avons Hounkpatin qui est un très bon porteur de balle ou Kotze qui excelle en mêlée fermée et dans les rucks. En troisième ligne, nous avons autant de très bons gratteurs avec Babillot, Delaporte ou Kunatani et de bons porteurs de balle comme Jelonch, Vaipulu ou Kornath. Idem au centre, où nous avons de la puissance avec David et Cocagi et des joueurs plus vifs avec Combezou ou Vialelle. Cela nous permettra de nous adapter en fonction de l’adversaire", se félicite Reggiardo. À ce titre, le troisième ligne international tricolore Mathieu Babillot retrouvera ses galons de capitaine. Il sera soutenu par trois vice-capitaine, dont le flanker Baptiste Delaporte. Deux produits de la formation castraise, en somme. Avec des chefs de file aussi viscéralement attachés à leur club, on se dit que les nombreuses recrues castraises devraient vite être mises au parfum du CO…

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?